Football

Witsel: "Un retour en Europe ? C'est dans la tête mais ce ne sera pas en janvier"

Axel Witsel
18 déc. 2017 à 09:11 - mise à jour 18 déc. 2017 à 21:16Temps de lecture2 min
Par RTBF

Axel Witsel était l'invité exceptionnel de La Tribune. Du Standard, en passant par le transfert manqué à la Juventus, sa vie en Chine et les Diables rouges, Witsel a passé en revue tous ces thèmes.

"Le Standard, c'est le club de mon coeur. J'ai tout gagné là-bas. J'ai passé de superbes années au Standard. J'ai gardé des contacts avec mes anciens partenaires. On était une bande de potes, c'est comme cela qu'on est allé chercher deux titres et une Coupe de Belgique. Le Standard, c'est là où je suis né et j'ai grandi. Cela ne pourra jamais être pareil dans un autre club qu'au Standard", a-t-il avoué.

Ensuite, il a pointé du doigt le principal problème actuel du club liégeois : "Le Standard n'est pas encore bien. J'étais là face à La Gantoise, je trouvais que cela manquait de rythme. Gand avait toujours le ballon sans être vraiment dangereux. Ce n'était pas un beau match à regarder. Le problème au Standard, c'est le manque de régularité. Ils vont gagner à Anderlecht et puis ils perdent à Beveren".

Le transfert raté à la Juve, "c'est le destin"

Axel Witsel

En août 2016, lors du dernier jour du mercato, il fut à deux doigts de signer en faveur de la Juventus de Turin mais cela a finalement capoté. "C'est le destin", a simplement souligné le Diable rouge. Il aurait pu rejoindre le club turinois quelques mois plus tard mais il prendra finalement la direction de la Chine. "Je ne nie pas que l'aspect financier a joué un rôle. Et partir à la Juventus au mois de janvier après avoir eu un mois de vacances, c'était compliqué. Je devais me remettre à niveau physiquement. Cela allait prendre du temps car la Juventus c'est un cran au-dessus. Finalement, j'ai fait le saut en Chine et je ne regrette pas le choix", a-t-il souligné.

Et à ceux qui disent que ce n'est pas le meilleur championnat pour préparer une Coupe du Monde et qu'Axel Witsel a vu son niveau diminuer et qu'il a tendance à ralentir le jeu chez les Diables, il répond avec une certaine assurance : "Je suis aussi fort qu'avant mon départ en Chine. Je l'ai montré à chaque fois que je suis revenu en équipe nationale à part contre le Mexique où j'étais moins bien. Je ne suis pas d'accord avec ceux qui disent que je ralentis le jeu. Cela fait un bail qu'on dit cela. On le disait déjà avant que je rejoigne Tianjin. Maintenant, je constate qu'avec chaque coach que j'ai connu en équipe nationale, j'ai été sur le terrain".

Revenir en Europe ? oui mais ... pas maintenant !

A la question de savoir si tous les Diables quittaient l'Europe pour le championnat chinois, la Belgique pourrait être sacrée championne du monde, Axel Witsel rétorque après un temps de réflexion : "Pourquoi pas ? De toute façon, ce n'est pas possible que tous les Diables aillent en Chine (rires)".

Quoiqu'il en soit, Axel Witsel ne compte de toute évidence pas terminer sa carrière en Chine. "Revenir en Europe ? C'est toujours dans la tête mais je ne sais pas quand. Ce ne sera pas en janvier", a-t-il révélé.

S'il doit revenir un jour en Belgique, "ce sera au Standard et nulle part ailleurs". Il ne serait pas opposé à jouer en Espagne ou pourquoi pas un retour au Portugal, à Benfica où il a évolué pendant une saison.

Loading...