Diables Rouges

Wilmots : " Notre force, c'est le groupe"

Marc Wilmots ne sait pas rester en place !
07 sept. 2013 à 07:54Temps de lecture2 min
Par flef

"Il n'y a pas grand-chose à dire après une telle prestation : on a vu une équipe très sérieuse, un milieu de terrain bien en place. A partir de là, on a joué vers l'avant le plus vite possible, même si dans des matchs pareils, on se doit d'être patient. Le premier goal a fait du bien mais ce n'était pas assez : à la mi-temps j'ai dit à mes joueurs de mettre ce 2ème goal."

Un second but qui est tombé en fin de match, presque une marque de fabrique des Belges sous Wilmots :" Bien sur que ce 2ème goal s'est fait attendre, mais les gens oublient que nous étions en déplacement! Combien d'occasions avons nous données à l'adversaire ? Une ? Deux ? Après 4 matchs à l'extérieur, nous n'avons toujours pas encaissé. Il fallait avant tout être intelligent, garder le ballon. J'ai des joueurs qui aiment se projeter vers l'avant, j'ai dû les canaliser un peu. Au final, nous pouvons dire que nous avons fait un match très sérieux."

Le sélectionneur national a surpris son monde en titularisant le médian de Porto, Steven Defour. Un choix qui s'est avéré payant : " Je suis content de mes choix. Ce n'était pas un coup de poker : je l'ai vu jouer à Porto dernièrement, il est occupé à y grandir. Aujourd'hui, la différence est venue de lui. Mais demain, ça sera peut-être Moussa (Dembele) ou Marouane (Fellaini). (...) Le plus important, c'est que j'ai du potentiel et je m'en sers ! Il y a un groupe qui est en place et c'est ce qui fait notre force actuellement."

"Merci au public !"

Le sélectionneur des Diables avait fait passer un message aux supporters avant le coup d'envoi de la rencontre, après les incidents contre la France : respectez l'hymne ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les nombreux fans ont écouté Wilmots :

"Cela m'a fait plaisir. C'est une question de respect avant le match. Je ne donne pas de leçons, mais j'aime les hymnes. C'est un moment qui touche le cœur. Il fallait avoir du respect pour le peuple écossais".

Et si ce n'est pas dans sa philosophie de crier victoire trop vite, force est de constater que les Diables sont presque au Brésil. Un avis que partage le sélectionneur, même si...

"Nous avons fait un grand pas ce soir : 5 points d'avance, une différence de but de + 7. Et en plus, les Croates auront deux suspendus lors de notre confrontation. A partir de là, oui. Mais moi, tant que je n'ai pas le ticket pour le Brésil en main, je ne vais pas crier victoire. Il reste deux matchs, on va continuer à travailler et ne surtout rien changer !".

F. Flémal et P. Deprez