Economie

Wall Street finit en hausse, portée par des espoirs de soutien de la Fed

La Bourse de New York
12 avr. 2012 à 13:39 - mise à jour 12 avr. 2012 à 13:47Temps de lecture3 min
Par AFP

Selon les chiffres définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 180,19 points à 12.986,58 points par rapport à la veille, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 39,09 points à 3.055,55 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a gagné 1,38% (18,86 points) à 1.387,57 points.

En dépit de la publication d'indicateurs en demi-teinte aux Etats-Unis, les trois principaux indices de Wall Street ont accéléré leur hausse dès l'ouverture, certains voyant dans ces chiffres le signe du maintien d'une politique très accommodante de la Fed, voire, pour d'autres, d'une nouvelle action à court terme de l'institution pour relancer l'économie américaine.

Les nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont progressé pour la deuxième semaine de suite, remontant à leur niveau le plus élevé depuis la fin janvier, avec un dépôt de 380.000 demandes d'allocations du 1er au 7 avril, alors que la prévision médiane des analystes le donnait en baisse à 355.000.

"La Fed, qui fait beaucoup entendre sa voix depuis le début de la semaine, semble se tenir prête à agir", soit par un maintien des taux bas, soit par une nouvelle injection de liquidités, "et cela aide le marché des actions", a expliqué Evariste Lefeuvre, économiste chez Natixis.

"Dans un contexte plus neutre du point de vue de la politique monétaire des Etats-Unis, les indicateurs publiés aujourd'hui seraient moins bien passés", a-t-il estimé.

La vice-présidente de la Fed, Janet Yellen, n'a pas exclu lors d'un discours à New York mercredi, que la banque centrale doive augmenter encore son concours financier à l'économie, si la conjoncture se détériorait.

En outre, dans la même veine que les propos prudents tenus lundi par le président de la Fed, Ben Bernanke, le président de l'antenne de la Réserve fédérale à New York, Richard Dudley, a déclaré jeudi que les Etats-Unis n'étaient pas encore "tirés d'affaire" sur le plan économique.

La Réserve Fédérale maintient depuis trois ans une politique ultra-accommodante et favorable aux actifs jugés plus risqués, comme le marché des actions.

Le déficit commercial des Etats-Unis a chuté en février, sous l'effet d'une baisse inattendue des importations. Les prix à la production, quant à eux, sont restés stables aux Etats-Unis en mars, après quatre mois de hausse, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le département du Travail.

Google qui a publié ses résultats après la clôture, a pris 2,37% à 651,01 dollars.

L'opérateur téléphonique américain AT&T a augmenté de 1,28% à 30,84 dollars après une hausse de sa recommandation. Son concurrent Verizon s'est adjugé 0,45% à 37,55 dollars.

Le groupe informatique Hewlett-Packard (HP) a bondi de 7,22% à 25,10 dollars. Selon le cabinet Gartner, HP a conforté sa place de numéro un mondial avec une part de marché de 17,2% (contre 16,9% un an plus tôt), notamment devant Dell (+0,06% à 16,26 dollars) et Apple.

Apple a perdu 0,55% à 622,77 dollars au lendemain de l'annonce d'une procédure antitrust du gouvernement américain à son encontre pour fixation des prix des livres électroniques, qui profite à Amazon (+1,45% à 190,69 dollars). Le libraire américain Barnes & Noble a chuté de 6,39% à 10,98 dollars.

Dans le secteur technologique, le portail internet Yahoo! est monté de 1,21% à 15,06 dollars. Microsoft a pris 2,08% à 30,98 dollars.

La banque d'affaires Goldman Sachs va acquitter une amende de 22 millions de dollars, sanctionnant une séparation insuffisante entre ses analystes et ses traders et clients. Son titre a toutefois progressé de 3,85% à 120,39 dollars, tout comme ceux de Bank of America (+3,50% à 9,17 dollars) et Morgan Stanley (+4,05% à 18,22 dollars).

Le marché obligataire a terminé en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a progressé à 2,049% contre 2,028% mercredi soir et celui à 30 ans à 3,207% contre 3,185%.


AFP