Belgique

Vols de câbles : un fléau continu

Les traces des derniers vols sont visibles le long des voies
08 avr. 2022 à 15:38Temps de lecture1 min
Par Arthur Beerten

Ce problème existe depuis des années et n’est malheureusement pas en perte de vitesse. Malgré le prix dérisoire à la revente, 7 euros le kilo. Le cuivre contenu dans les câbles ferroviaires attire toujours autant les voleurs. Sur le mois de mars, un vol était enregistré tous les deux jours dans la région de Charleroi.

Mobilisation permanente

Du côté d’infrabel, on ne se laisse pas abattre. Les techniciens sont en alerte continue pour réparer d’éventuels dégâts. Et la réaction doit être plus que rapide, chaque minute de retard coûte 80 euros. Il faut donc agir efficacement et sur le long terme.

En plus des réparations, il faut aussi trouver des mesures de protections. De ce côté, plusieurs pistes existent : le remplacement du cuivre par l’aluminium, la disposition de blocs de bétons sur les chambres de visite qui abritent les câbles, et enfin, l’enterrement de ces câbles pour les rendre moins facilement accessibles.

Ces dispositifs sur les câbles témoignent du fait qu’ils ont été réparés.
Il fallait aussi rendre le bord des rails moins accessible aux véhicules des voleurs.

La Wallonie comme principale victime

Les alentours de Liège et de Charleroi sont les endroits les plus touchés du réseau. On parle même de point noir pour Charleroi et les communes avoisinantes comme Marchienne-au-pont ou plusieurs centaines de mètres de câbles ont été dérobés. Mais ce problème n’est pas simple à éviter. C’est même un véritable jeu du chat et la souris qui a lieu entre les équipes d’infrabel, la police des chemins de fer et les voleurs. Des groupes criminels organisés participent à des vols de grande ampleur. Les câbles sont ensuite revendus en France et aux Pays-Bas. Mais de plus petits vols ont aussi lieu. C’est d’ailleurs ceux-là qui sont les plus nombreux et les plus embêtants pour le trafic des trains. Les autorités et le gestionnaire du réseau ferroviaire réfléchissent donc à de nouveaux moyens de diminuer les dégradations.

Ici la chambre de visite est déplacée, preuve du passage de voleurs.
La police des chemins de fer et infrabel constatent les traces de passage de voleurs.
Les malfaiteurs vident les câbles pour récupérer le cuivre.
Un entrepôt abandonné le long des rails a servi d’abris à un groupe de voleurs.

Sur le même sujet :

Sur le même sujet

Un nouveau vol de câbles perturbe la circulation des trains entre Charleroi et Erquelinnes

Actualités locales

Articles recommandés pour vous