Santé & Bien-être

Vivre dans un quartier avec beaucoup de végétation permet de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires

Vivre dans un quartier avec beaucoup de végétation permet de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires
08 déc. 2018 à 13:00Temps de lecture1 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

 

D'après une étude publiée dans le journal "American Heart Association", les personnes qui vivent dans des quartiers dans lesquels il y a beaucoup d'arbres et de plantes, ont moins de risques d'être stressé et de développer des maladies cardiovasculaires.

Pour déterminer de tels résultats, l'équipe de chercheurs et de chercheuses a évalué les marqueurs individuels de stress et de maladie cardiovasculaire auprès de différentes personnes issues de différents quartiers et les ont comparé à la présence plus ou moins importante d'espaces verts dans ces mêmes quartiers.
 

Pendant cinq ans, l'équipe de scientifiques a suivi 408 personnes d'âge, de race et de niveau socio-économique différents, présentant des risques élevés de développer des maladies cardiovasculaires.

Le groupe de chercheurs et chercheuses a analysé pendant cette période les urines et le sang des participants et participantes pour évaluer les risques de maladie cardiovasculaire à partir des lésions des vaisseaux sanguins.

 

Les chercheurs et chercheuses ont, en parallèle, mesuré la densité des espaces verts se trouvant à proximité des résidences des personnes participant aux tests. Les niveaux de pollution atmosphérique ont également été évalués.

Les chercheurs ont découvert à partir de leurs analyses que le stress était moins important chez les patients vivant dans une zone où la végétation était la plus importante.

Les vaisseaux sanguins sont apparus en meilleur santé pour les personnes vivant au milieu d'une masse importante de végétation.

Par cette étude, l'équipe de chercheurs et de chercheuses souhaite mettre en avant l'importance de la végétation comme moyen de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires.

Sur le même sujet

Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé

Psychologie

Articles recommandés pour vous