Regions Liège

Verviers, ses conteneurs à puce et ses dépôts d’ordures sauvages

Dépôt d’ordures sauvage à côté d’un conteneur à puce

A Verviers, les conteneurs à puce semblent attirer les dépôts sauvages d’ordures. Ces conteneurs sont trop souvent en panne se plaignent les habitants du centre-ville. Ils sont en panne à cause de citoyens mal élevés rétorquent les autorités.

Arpentez le centre-ville et comptez les dépôts clandestins. Après deux cents mètres, vos dix doigts n’y suffiront plus. Il y en a partout. Aux arrêts de bus, sur les seuils, devant des vitrines et… autour des conteurs à déchets. "C’est infernal" se plaint cette commerçante. "De jour en jour, de semaine en semaine, c’est de pire en pire. Il n’y a pas une seule rue du centre sans dépôt clandestin."

Ce mardi, un malotru s’est permis de déposer des meubles cassés "à donner" contre la vitrine de son magasin. Les meubles ont vite été rejoints par des sachets de crasses et même par une vieille chaussure de sport. "Un don pour unijambiste" s’exaspère l’échevin Jean-François Chefneux qui rappelle que les encombrants doivent aller au parc à conteneurs et qu’il est aussi possible de faire venir les services de ramassage de la Ville.

Pourquoi un conteneur sur cinq est hors-service à Verviers

Au centre de Verviers, les habitants doivent déposer leurs ordures dans des conteneurs à puce. Oui mais, plusieurs de ces conteneurs sont hors-service. "Effectivement, il y a des conteneurs qui tombent en panne" reconnaît Christian Marlier, qui s’occupe des collectes sélectives pour l’intercommunale Intradel. "Il y en a tous les jours. On a une équipe qui fait le tour deux fois par jour pour résoudre les pannes de première ligne."

Le problème des dépôts clandestins n’est pas particulier à Verviers. "Nous avons ça aussi à Seraing par exemple."Ce qui est spécifique à Verviers, c’est la casse." Ici, avant les conteneurs à puce, les sacs-poubelles étaient des sacs de grande capacité. Des sacs de cent litres. Or, le tambour des conteneurs à puce est un tambour de quatre-vingts litres."

Certains citoyens bourrent, parfois à coups de pied, des sacs d’ordures trop gros dans le tambour des conteneurs… qui cassent. Ce mardi, sur quarante-deux conteneurs, neuf étaient en panne. Six ne seront pas réparés avant fin août : il y a pénurie de pièces. En attendant, des citoyens entassent leurs ordures autour des conteneurs, ce qui reste interdit. S’ils se font prendre, ça leur coûtera 350 euros.

Des saisies sur salaire

Les autorités communales ont déjà dressé 800 procès-verbaux depuis janvier. Percevoir les amendes est un problème, en particulier quand elles touchent des citoyens insolvables. L’échevin Jean-François Chefneux annonce vouloir proposer d’ici quelques semaines au gouvernement wallon un système qui permettrait, comme cela se fait pour les pensions alimentaires, de saisir le montant de ces amendes directement sur le salaire des contrevenants.

 

Articles recommandés pour vous