Icône représentant un article video.

Ceci n'est pas un selfie

Véronique Thyberghien sur les magazines de société : "Ce sont les regards du public"

Ceci n'est pas un selfie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

19 juil. 2022 à 17:07Temps de lecture47 min
Par La Première

Dans Ceci n’est pas un selfie, Cédric Wautier a interrogé sa fidèle collègue de Tendances Première, Véronique Thyberghien, une des voix féminines emblématiques de La Première !

Elle égaie vos matinées au quotidien sur La Première par sa bonne humeur et son intérêt profond pour les initiatives citoyennes.

Véronique Thyberghien a orienté son parcours vers des émissions de société, proches des gens. Grâce à sa curiosité inépuisable, à sa bienveillance perpétuelle et à sa vision de service publique en mettant en avant la solidarité et la connaissance, elle a mené sa barque radiophonique en véritable capitaine d’équipe.

C’est désormais à son tour de passer de l’autre côté du micro. De son enfance en Allemagne à son travail à la RTBF, en passant par sa passion pour les animés et son rôle de mère, elle n’élude aucun sujet.

Animatrice du premier magazine de société en radio

Véronique Thyberghien a toujours été prédisposée à animer des magazines de société. Mais lorsqu’elle reprend Tout autre chose de Laurence Lenne, au début des années 2000, ce type de programme n’existe pas encore en radio.

Elle se souvient : "Un magazine qui parle de la société dans laquelle on est, qui essaie de la comprendre, de la décrire, c’est quelque chose qu’on a mis en place dans Tout autre chose au fur et à mesure des années. Ce n’est que 5 ans après sa reprise qu’on m’a demandé de décrire l’émission et je ne savais pas. On m’a dit que je faisais un magazine de société. C’est la première fois que j’entendais cette description. Je trouve cela important aujourd’hui d’insister sur le fait de regarder cette société dans des prismes différents. On ne doit pas garder son regard et son entre-soi sur la société dans laquelle on vit, pour bien la comprendre, la digérer pour ceux qui veulent la changer ou vivre sereinement. Ce sont les regards du public qu’on a".

Articles recommandés pour vous