Variole du singe : l’EMA examine le vaccin contre la variole humaine

Monkeypox Photo Illustrations
28 juin 2022 à 18:22Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Paul Verdeau

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré mardi avoir entamé l’examen d’un vaccin contre la variole humaine pour étendre son utilisation contre la variole du singe, qui se propage en Europe.

Le régulateur européen a déclaré avoir "entamé un examen des données" du vaccin Imvanex de la société danoise Bavarian Nordic, autorisé depuis 2013 contre la variole au sein de l’UE, afin d’inclure la protection des personnes contre la variole du singe.

La firme danoise n’avait pas demandé à l’époque une autorisation pour son utilisation contre la variole du singe, considérée bien moins dangereuse et contagieuse que sa cousine, la variole, éradiquée depuis plus de 40 ans.

L’EMA n’a pas précisé quand elle pourrait prendre une décision, ajoutant qu’elle attend toujours une demande d’autorisation officielle du fabricant.

"Les stocks d’Imvanex sont actuellement très limités dans l’UE", a cependant précisé l’EMA.

En raison d’une pénurie d’approvisionnement, les pays européens devraient pouvoir importer la version américaine d’Imvanex, qui s’appelle Jynneos, pour qu’il "puisse être utilisé pour fournir une protection contre la variole du singe dans l’UE".

Les autorités américaines ont déjà autorisé Jynneos contre la variole du singe.

Cet avis vise "à aider les autorités nationales qui pourraient décider, à titre temporaire, d’importer des Jynneos des États-Unis compte tenu de l’augmentation des taux d’infection dans l’UE".

L’OMS a estimé samedi que la flambée mondiale de variole du singe était une menace sanitaire dont l’évolution était très inquiétante, sans atteindre pour le moment le stade d’une urgence sanitaire mondiale.

Du 1er au 22 juin, 3413 cas confirmés et un décès ont été signalés à l’OMS dans 50 pays, dont 2933, soit 86%, en Europe.

Sur le même sujet

Variole du singe : une action "urgente" en Europe est nécessaire pour l'OMS, il y a trop de cas diagnostiqués

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous