Cyclisme

Van der Poel a-t-il gagné l'Amstel parce qu'Alaphilippe a vraiment tout fait pour perdre ?

Mathieu Van der Poel
22 avr. 2019 à 12:25Temps de lecture3 min
Par Rodrigo Beenkens

Mathieu Van der Poel a-t-il gagné l’Amstel Gold Race parce que Julian Alaphilippe a vraiment tout fait pour perdre ? Cette question beaucoup me l’ont posée depuis dimanche. Les avis sont partagés. Et, très sincèrement, je n’en sais rien.

Que s’est-il passé dans les trois derniers kilomètres ? Vent de face et en l’absence de collaboration de Jakob Fuglsang, Alaphilippe a-t-il manqué de flair, d’énergie et de forces dans les jambes ou plus simplement d’informations face au retour improbable du groupe de chasse ? Le Français semblait d’ailleurs un des premiers à ne pas trop comprendre le retour de l’avion supersonique Van der Poel. Le plus incroyable, c’est cette image d’un Mathieu qui n’y croit pas lui-même quand il franchit la ligne. Incrédule, il pose ses mains sur son casque avant de s’écrouler sous la violence de l’effort et de s’allonger sur la Rijksweg, les bras en croix.

Alaphilippe devra maintenant attendre le Championnat du monde dans le Yorkshire, au nord de l’Angleterre, le 29 septembre, pour espérer une revanche. Rik Verbrugghe, le nouveau sélectionneur belge, rêve de construire pour l’occasion une équipe belge calquée sur la Wolfpack, autour de Philippe Gilbert, Greg Van Avermaet, Oliver Naesen et Wout Van Aert. Il faudra bien cela pour tenter de remporter le titre mondial.

Aux Pays-Bas, Mathieu Van der Poel est déjà une légende. "C’est un croisement entre Jan Raas, Gerben Karstens, Hennie Kuiper et... Joop Zoetemelk", me confiait dimanche un confrère batave euphorique, au bord de l’hystérie. "C’est un extraterrestre", disait un expérimenté commentateur pourtant d’habitude assez réservé et prudent.

Quand on essaye de décrypter sa façon de courir, on serait tenté de dire qu’il fait parfois un peu "n’importe quoi". Sa classe pure et sa puissance phénoménale, lui permettraient-elles justement de prendre quelques libertés avec les stratégies ? Mercredi, il avait attaqué à 58 kilomètres de la banderole de l’arrivée de la Flèche Brabançonne. "C’est beaucoup trop loin", avait relevé Johan Museeuw. L’ancien Lion des Flandres avait raison mais cela ne l’avait pas empêché de s’imposer. Sur l'Amstel, il a remis cela à 43 bornes, dans le Gulperberg. Cette fois, c’est Van der Poel lui même qui confessait : "J’ai commis une erreur car ce n’était pas le bon moment pour anticiper. Après, quand Alaphilippe a attaqué, j’étais à bloc, j’étais incapable de réagir." Mais cela ne l’a pas empêché de gagner.

Et, souvenez-vous d’À Travers la Flandre, Mathieu était sorti du peloton dans la côte de Trieu, à... 63 kilomètres de Waregem. C’était encore plus tôt. Beaucoup s’étaient déjà étonnés. Mais cela ne l’avait pas empêché de triompher.

Plus que jamais, Van der Poel suscite la convoitise des grosses écuries, à commencer par Sky. Beaucoup d’observateurs s’interrogent : que diable fait-il dans une petite équipe de deuxième division belge, Corendon-Circus, où il doit presque tout faire tout seul ? La réponse est pourtant simple. C’est l’unique structure qui lui permet, aujourd’hui, de mener sa carrière sur trois fronts : le cyclo-cross, sa discipline favorite dont il est champion du monde, l’hiver ; la route dont il est pour rappel vice-championnat d’Europe, au printemps ; le VTT, enfin l’été où il vise la médaille d’or aux JO de Tokyo, l’année prochaine.

Son équipe, une agence de voyages associée à des Jeux de casino, avec laquelle il est sous contrat jusqu’en 2023, n’a que deux options : soit évoluer en World Tour en trouvant d’autres partenaires, soit voir filer son diamant vers d’autres horizons. Depuis ce dimanche, Mathieu Van der Poel est devenu, à 24 ans, la plus grande attractivité commerciale qui soit dans le cyclisme d’aujourd’hui. Et imaginez ce que cela pourrait donner si un jour le petit-fils de Raymond Poulidor se mettait en tête de réussir là où son glorieux papy a toujours échoué, la conquête du maillot jaune...

Amstel Gold Race 2019: Victoire de Mathieu Van der Poel

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous