Nature & Découvertes

Vague de chaleur : mais où trouver un "îlot de fraîcheur" dans une ville comme Bruxelles ?

Heat Wave In Brussels

Les vagues de chaleur sont de plus en plus lentes et régulières. Mais plus qu’à d’autres endroits, les villes comme Bruxelles sont particulièrement touchées : un phénomène dû à l’effet d'" îlot de chaleur urbain ". Voici donc les lieux qu’il faut privilégier si vous voulez rester au frais !

Selon les pays et les modèles, une vague de chaleur peut être définie de plusieurs manières. Chez nous, l’Institut Royal Météorologique (IRM) parle d’une vague de chaleur climatique nationale lorsque les maxima, enregistrés à la station d’Uccle, atteignent au moins 25°C durant au moins cinq jours consécutifs, parmi lesquels le seuil des 30°C est atteint durant au moins trois jours. Vraisemblablement, cette situation va se présenter dans les prochains jours.

Suite aux changements climatiques, ces épisodes de forte chaleur sont de plus en plus fréquents, longs et réguliers. Et quand la chaleur s’abat dans les villes, l’ambiance peut vite y devenir étouffante. Il s’agit un phénomène dû à l’effet d’" îlot de chaleur urbain ". Effectivement, quand certaines conditions spécifiques sont réunies, la température de l’air pendant la nuit peut être jusqu’à 10°C plus élevée dans les villes que dans les zones rurales avoisinantes !

Cette différence s’explique facilement. Dans la campagne, la végétation va puiser l’eau du sol pour ensuite la relâcher dans l’atmosphère. Cette " évapotranspiration " va permettre de réduire les températures. Mais en ville, les bâtiments, routes en bitume et trottoirs vont stocker l’énergie solaire qui, pendant la nuit, va être relâchée dans l’air. À cela, on peut ajouter l’activité humaine, la présence insuffisante d’eau et de végétation, la propriété des matériaux de construction…

Un contraste entre le jour et la nuit

Chez nous, la région bruxelloise cristallise particulièrement bien cette différence entre les milieux urbains et ruraux. Dans une étude commanditée par Bruxelles Environnement et réalisée en 2018 par le " Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek " (VITO), les résultats montrent que les températures de l’air sont plus élevées de 3°C en moyenne au centre de la région qu’à ses alentours ruraux en été.

Et cette différence est d’autant plus marquée la nuit puisqu’à 23h, elle avoisine en moyenne les 4,5°C sur la même période. Il y a en outre en moyenne trois fois plus de périodes de fortes chaleurs dans le centre de Bruxelles que dans les zones rurales avoisinantes.

Des « îlots de fraîcheur »

Mais dès lors, comment faire pour se protéger de la chaleur dans une ville comme Bruxelles ? En prenant en compte la température de l’air, mais également, l’exposition aux rayonnements solaires, le vent et l’humidité de l’air, cette étude a permis d’établir une cartographie des îlots de fraîcheur dans la Région de Bruxelles-Capitale afin d’identifier les zones les plus fraîches à préconiser lors des périodes de fortes chaleurs.

Bruxelles Environnement

Il n’est pas étonnant de constater que l’ombrage procuré par les arbres densément feuillus, bien souvent en combinaison avec des " espaces bleus " comme des étangs, fontaines ou cours d’eau, constitue les conditions les plus efficaces pour réduire le stress causé par la chaleur dans les espaces extérieurs.

Sur les cartes de la région bruxelloise, on voit clairement ressortir des " îlots de fraîcheur " dans les parcs comme le cinquantenaire et le parc Josaphat ou encore près des points d’eau !

Bruxelles Environnement

Flagey, un exemple de chaleur

Dans la commune d’Ixelles, cette différence de chaleur est particulièrement criante d’un quartier à l’autre. " On peut remarquer sur la carte d’Ixelles que les îlots de chaleur se concentrent surtout dans le Nord ", explique Audrey Lhoest (Ecolo), échevine du climat et de l’environnement d’Ixelles, au micro de Bx1. " Et comme par hasard, le nord d’Ixelles est moins vert que le sud de la commune. "

La Place Flagey cristallise particulièrement cet effet. En après-midi, la chaleur monte très rapidement sur cette place sans arbre ni ombrage. Alors pour changer la donne, Flagey aura bientôt un nouveau visage, explique l’échevine. " Une des mesures en matière d’adaptation, c’est la plantation d’arbres et la verdurisation des espaces. C’est ce qu’on compte faire sur la Place Flagey mais aussi la Place Sainte-Croix car les arbres jouent le rôle de climatiseur. "

>> À suivre : " Il y a aussi des pistes au niveau du bâtiment, avec des matériaux qui vont plutôt absorber la chaleur ", avance Antoine De Borman, directeur de Perspective. Brussels à Bx1

Loading...

Sur le même sujet

Ces solutions mises en place pour lutter contre la chaleur dans les grandes villes

Climat

Vague de chaleur : Météo France classe 15 départements de l’ouest et du sud-ouest en "vigilance rouge" pour ce lundi

Monde

Articles recommandés pour vous