Monde Europe

Vacances 2022 : en Italie les tarifs des voitures de location ont doublé

Le parking des voitures de location à l’aéroport de Palerme
02 juin 2022 à 04:55Temps de lecture2 min
Par Valérie Dupont, correspondante en Italie

Sillonner les petites routes siciliennes, ou passer de plage en plage dans les Pouilles ou en Sardaigne coûtera plus cher cet été. Les tarifs des voitures de location explosent dans les localités touristiques des pays méditerranéens.

A l’aéroport de Palerme, le parking des voitures de location est un passage presque obligé pour les touristes qui débarquent. Sans voiture, c’est difficile de visiter les beautés de cette île car pour rejoindre l’escalier des Turques à Agrigente ou profiter des villages des Madonies, la voiture est un choix obligé pour les vacanciers. "Nous avions loué une voiture pendant quatre jours pour aller voir la région de Sciacca" explique ce touriste italien arrivé de Milan, "je trouve en effet que les tarifs sont plus élevés que l’an dernier."

Ce couple de Français a choisi d’éviter les grandes compagnies de location pour privilégier un loueur local, "cela a été compliqué de trouver la voiture mais je pense que nous avons payé un peu moins" estime cette dame.

67% d’augmentation

En Italie, l’observatoire des consommateurs a mené son enquête. Pour une semaine de location en juin 2021, il fallait compter 379 euros pour un petit modèle, type Fiat Panda, cette année il faudra au minimum débourser 635 euros pour la même voiture, soit 67% d’augmentation en moyenne. "Il y a certainement une partie de spéculation. Car il y a un intérêt de la part des sociétés de location de récupérer le marché perdu pendant la pandémie, l’année dernière" commente Erika Cuccu de la fédération des consommateurs, "mais ce n’est pas normal, les personnes ont aussi besoin de vacances et entre les augmentations des restaurants, des hôtels et des voitures de location cela devient difficile pour certaines familles."

La loi du marché

En Sicile, la compagnie "Sicily by car" est un colosse, elle domine le marché de location des voitures aux touristes qui arrivent dans l’île. Son président Tommaso Dragotto admet que la guerre des prix entre les différentes sociétés de location fait partie du passé, et que si les prix sont élevés, c’est tout simplement la loi du marché.  “Pendant la pandémie, nous avons diminué notre parc automobile de 20.000 à 15.000 voitures, les autres sociétés ont sans doute fait la même chose, car pour avoir de la trésorerie, c’était nécessaire. Nous avons donc entre 22% et 25% de véhicules en moins. Mais comme la demande est forte, en moins de voitures on possède, plus le prix augmente, c’est la logique du marché !”

Cet homme d’affaires explique aussi que les constructeurs automobiles ont mis un frein au "buy back", une clause de rachat automatique des voitures de location après un an d’usage. "Aujourd’hui pour obtenir des voitures neuves il faut vraiment faire des miracles à cause du manque de semi-conducteurs" estime le président de Sicily by car, "et donc les clients doivent payer. Il faut considérer que pour une semaine de location cet été, d’une Fiat Panda à Olbia, à Palerme, ou à Catane et bien il faudra débourser 700 euros la semaine !”.

La Sicile et la Sardaigne connaissent la plus forte augmentation, 100%, contre 85% en Espagne, 62% en Croatie. Peu de vacanciers se disent pourtant prêts à renoncer aux vacances. Sans compter que vingt-trois millions d’Italiens ont déjà annoncé vouloir passer l’été dans la péninsule, conséquence, les prix risquent d’augmenter encore plus au mois d’août, le mois des congés payés en Italie.

Sur le même sujet

"Bison futé voit rouge" : d’où vient ce fameux Bison qui vous aiguille sur les routes de France pendant les vacances ?

Monde

Articles recommandés pour vous