Une vingtaine de personnes arrêtées en Belgique et aux Pays-Bas dans le cadre d'un trafic de drogue

Une vingtaine de personnes arrêtées dans le cadre d'un trafic de drogue international
11 janv. 2018 à 15:24 - mise à jour 11 janv. 2018 à 15:24Temps de lecture2 min
Par Belga

Les enquêteurs belges et néerlandais ont démantelé une importante organisation active dans le trafic de drogue, ont-ils indiqué lors d'une conférence de presse à Hasselt, jeudi, en présence notamment du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw. Une vingtaine de personnes ont été arrêtées.

L'enquête a débuté mi-2016, lorsque l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a signalé aux services de police une importante commande de produits chimiques par une entreprise de Lommel.

13 personnes sous mandat d'arrêt

En Belgique, 19 perquisitions ont été menées les 8 et 9 janvier par la police judiciaire fédérale de Limbourg, entre autres à Neerpelt, Lommel, Brecht, Ravels, Deinze, Geel, Brasschaat, Anvers et Deurne. Quatorze personnes ont été emmenées pour audition, dont 13 ont été placées sous mandat d'arrêt pour participation à une organisation criminelle et infractions à la législation sur les substances stupéfiantes et psychotropes en association.

Au même moment, neuf perquisitions avaient lieu aux Pays-Bas dans huit habitations et un immeuble d'exploitation à Casteren, Sint Willebrord, Raamsdonkveer, Roosendaal, Oudenbosch, Weert, Biest et Sprundel. Cinq personnes ont été privées de liberté après la délivrance d'un mandat d'arrêt européen par le juge d'instruction belge.

La police a saisi en Belgique des armes ainsi que deux véhicules avec une cache, des ordinateurs, des téléphones et de l'argent liquide. Aux Pays-Bas, les enquêteurs ont mis la main notamment un 1,5 kg d'amphétamines, un fusil silencieux, un demi kilo d'explosifs et de l'argent.

Deux laboratoires d'amphétamines 

Toujours aux Pays-Bas, des entrepôts ont été découverts, où étaient stockés les produits chimiques afin de les transformer en speed et en ecstasy. L'un des hangars contenait par ailleurs 52.280 litres de déchets issus de laboratoires de drogues synthétiques.

En Belgique, deux laboratoires d'amphétamines ont été mis au jour à Ham et Hamont-Achel. Trois personnes liées à ces laboratoires clandestins ont été arrêtées. Au moins 3.000 plantes de cannabis adultes, plus de 700 petites plantes et 15 sacs de récolte de cannabis ont aussi été découverts à Heist-op-den-Berg, Wuustwezel et Hoogstraten.

De la cocaïne et du cannabis étaient en grande partie transportés jusqu'à Malte dans des véhicules spécialement équipés. Deux coursiers belges, un homme et une femme, y ont entre-temps été condamnés à 19 ans de prison.

John H., de Sint Willebrord, aux Pays-Bas, est soupçonné d'être à la tête de cette organisation. L'homme a déjà fait l'objet d'une condamnation en 2003 à 11 ans de prison pour la production de drogues et a également été condamné à payer à l'État néerlandais plus de 800.000 euros d'argent d'origine criminelle. Il a été interpellé le 20 décembre 2017 à Scheveningen lors d'une transaction de 50 kg de cocaïne. Sept autres personnes ont été arrêtées lors de l'opération, qui a permis de saisir 56 kg de cocaïne.

Quinze enquêteurs de la police judiciaire fédérale ont participé à l'enquête.