RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Une série de services transférés de la ville de Charleroi vers le CPAS

L'accueil du CPAS de Charleroi
07 oct. 2014 à 10:06Temps de lecture2 min
Par Daniel Barbieux

Les différents transferts sont effectifs depuis le 1er septembre. Quelle en est la raison ? Eric Massin, le président du CPAS de Charleroi, explique : " Pour le CPAS, cela va permettre une meilleure cohérence dans l’action. Ca veut dire que nous avions des services de la Ville qui s’occupaient d’une partie d’actions et le CPAS d’une autre partie. Ici, on va pouvoir avoir une cohérence dans le tout. Avoir une ligne qui va être prise de A à Z : l’insertion sociale, tout ce qui se fait au niveau des espaces citoyens et des maisons de quartier, l’accueil des primo-arrivants qui ont besoin d’un apprentissage du français et de nos institutions, les gens confrontés à la grande précarité et aux assuétudes. Grâce à ces transferts, il y aura donc une prise en charge globale. Je crois que c’était fondamental, quelque chose qui devait se faire pour nous permettre de rendre un meilleur service aux gens. "

Une offre meilleure

Les services "Carolo rue" et "Carolo contact drogues" font désormais partie du service prévention et santé mentale dirigé par Olivier Georges. Ce dernier explique : " Actuellement, les services de santé mentale ont une offre psycho-médico-sociale et, avec l’arrivée de ces nouvelles équipes, nous complétons notre offre avec une offre éducative mais également une offre de prévention et de formation. Un projet qui est sur la table, c’est de créer une offre sanitaire mobile qui sera constituée d’éducateurs de rue mais aussi d’un médecin, d’un psychologue voire d’une infirmière qui pourront faire tout un travail de zonage sur le territoire de Charleroi. "

Autre transfert : celui de trois maisons de quartiers vers le département des actions de quartiers du CPAS qui gérait déjà trois espaces citoyens. Pour Marilyne Poucet, la responsable, " Le constat au niveau des équipes de la Ville, c’est qu’elles étaient peu importantes en nombre. C’étaient de toutes petites équipes. Ici, on a la volonté d’avoir quand même des agents qui se spécialisent dans différents domaines, que ce soit l’aide scolaire, l’aide à l’emploi et l’insertion sociale par exemple. "

Notons que le service " Action migrant " rejoint aussi le département des actions de quartiers.

Ces différents transferts de la Ville vers le CPAS auront nécessité deux années de réflexions et d’analyses.

Grégory Fobe, Daniel Barbieux

Articles recommandés pour vous