Namur matin

Une plongée dans le passé de Gembloux grâce à un répertoire d’anciennes publicités murales

01 févr. 2022 à 12:35Temps de lecture1 min
Par Laurent CHEPPE

A Gembloux et dans les villages de l’entité il existe encore à ce jour de nombreuses traces d’anciennes publicités murales. Ces publicités ont été réalisées entre la fin du 19e et les années 60.

Jérôme Parmentier est archéologue et il a eu la bonne idée de faire revivre ses peintures publicitaires dans les pages du dernier bulletin du Cercle royal Art et Histoire de Gembloux.

Certes les marques, évènements ou commerces locaux dont ces publicités vantaient les mérites ont souvent disparu mais d’autres existent encore. Ces souvenirs, que le temps érode petit à petit, nous replongent furtivement dans un monde où la publicité télévisuelle n’existait pas et s’appelait encore "réclame". Ces souvenirs, Jérôme Parmentier les fait revivre dans ce double bulletin de 72 pages, ainsi qu’un formidable et minutieux travail d’archéologie contemporaine.

© Tous droits réservés

Pierre Aubry est l’un des administrateurs du Cercle Royal Art et Histoire et surtout un vrai passionné de sa ville natale de Gembloux. "Il y avait des pubs pour des produits de la vie quotidienne, comme des poudres à lessiver, des savons, et également des enseignes qui indiquaient des magasins ou des commerces locaux" nous précise-t-il.

Rassembler autant d’informations et de photographies est un travail de longue haleine "Jérome a parcouru les rues de l’entité, il a lancé des appels, on lui a signalé des endroits où il restait encore des traces de pub qui ne sont plus souvent qu’en filigranes".

Ecoutez Pierre Aubry :

Une plongée dans le passé de Gembloux grâce à un répertoire d’anciennes publicités murales.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans un souci de documentation de ce petit patrimoine populaire, l’article se base sur les exemplaires encore visibles et est complété par de très nombreuses photos contemporaines et anciennes pour documenter les réclames disparues. L’inventaire comprend un ensemble de 45 cas, répartis sur 31 sites ; une datation relative est proposée pour chacun d’eux.

A découvrir dans ce copieux bulletin de 72 pages publié par le Cercle royal Art et Histoire de Gembloux.

Articles recommandés pour vous