Belgique

Une petite mission belge a quitté l'Afghanistan ce dimanche

Une petite mission belge a quitté l'Afghanistan ce dimanche
11 août 2014 à 14:51Temps de lecture3 min
Par Belga News

Les quatre militaires belges affectés par rotation à une équipe multinationale chargée d'entraîner des Afghans à utiliser des hélicoptères MI-17 de conception russe, sous le nom d'"Air Advisory Team" (AAT), ont terminé leur mission dimanche. Ils ont quitté Kandahar lundi pour rentrer en Belgique, alors que la majorité des forces occidentales devraient avoir fait leurs bagages d'ici le 31 décembre.

Cette équipe affectée à la NATO Training Mission-Afghanistan (NTM-A, le volet "formation" de la force internationale d'assistance à la sécurité, l'Isaf), était sur place depuis février 2011. Avec pour tâche de "coacher" les membres du Kandahar Air Wing de l'armée nationale afghane (ANA), appelée à bientôt assurer seule la sécurité du territoire face à l'insurrection toujours féroce des talibans.

Quelque 130 militaires belges restent toutefois présents pour quelques semaines encore à Kandahar, constituant le plus gros détachement déployé en Afghanistan - une soixantaine d'autres se trouvent à Mazar-i-Sharif (nord), en appui de l'armée allemande, et quelques uns sont répartis dans différents états-majors et écoles militaires de Kaboul et dans ses environs.

A Kandahar Airfield (KAF), la plupart de ces 130 personnes font voler six chasseurs-bombardiers F-16 chargés d'assurer un appui aérien aux troupes terrestres de l'Isaf. Mais leur mission devrait prendre fin définitivement dans les prochaines semaines, selon le "patron" de l'armée belge.

Au cours de ces presque six ans de présence sous le nom d'opération "Guardian Falcon" (OGF), les F-16 belges ont réalisé plus de 15.000 heures de vol, bombardant ou tirant au canon de bord si nécessaire sur des insurgés pour venir en aide aux unités terrestres alliées en difficulté. "En ne commettant aucune faute", a confié lundi le général Van Caelenberge à l'agence BELGA.

En outre, depuis un an, huit militaires belges provenant du bataillon Istar de Heverlee (Louvain) et équipés de radar de surveillance (BSR) contribuent à la protection du périmètre nord de l'immense base.

Et occasionnellement, comme cette année entre juin et août, six membres de la composante médicale de l'armée viennent renforcer l'hôpîtal de campagne multinational de "rôle 3" (comparable à une clinique civile) installé sur la base. Cette mission, baptisée "Green Skander", doit permettre aux spécialistes (médecins urgentistes et chirurgiens, ainsi qu'infirmier(e)s), d'entretenir leurs compétences dans le traitement de pathologies de guerre - un domaine dans lequel l'armée belge avait un peu perdu la main.

Le retrait "ordonné" des Belges devrait être terminé fin octobre, a précisé le général Van Caelenberge, alors que "KAF" se vide de ses occupants et que des travaux de démolition vont bon train pour remettre le terrain dans son état initial.

La base a accueilli jusqu'à 35 000 personnes et 300 avions, hélicoptères et drones après l'envoi en 2010 de renforts américains, sur décision du président Barack Obama.

Il en reste 22 000, dont une toute grosse majorité d'Américains et leur cohorte de civils sous contrat.

Après le départ des derniers avions de combat américains repliés sur Bagram, au nord de Kaboul, les Belges ne tiennent pas à rester les derniers à Kandahar, a-t-on expliqué de sources militaires.

Ils ont commencé à planifier leur retrait et le rapatriement par voie aérienne, avec des avions-cargo loués, de l'essentiel du matériel. Les F-16 reviendront pour leur part en Belgique par leurs propres moyens, en faisant escale en Crète, et le personnel rentrera par avion.

La Défense n'exclut toutefois pas de participer à la mission de suivi, axée sur la formation de l'ANA, que l'Otan prépare pour 2015, sous le nom de "Resolute Support". Mais ce sera au prochain gouvernement d'en décider, une fois que le nouveau président afghan déclaré vainqueur d'élections controversées aura donné son feu vert définitif.

Belga

Sur le même sujet

Les F-16 belges basés en Afghanistan rentrent au pays

Belgique