RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tuerie de Liège :Benjamin Herman est passé entre les mailles des services de renseignement

Benjamin Herman a tué trois personnes à Liège le 29 mai 2018.
18 déc. 2019 à 06:17 - mise à jour 18 déc. 2019 à 06:17Temps de lecture1 min
Par Belga

Benjamin Herman, qui a tué trois personnes le 29 mai 2018 à Liège alors qu’il se trouvait en congé pénitentiaire, était suivi par les services judiciaires et de renseignement en raison de signes de radicalisation. Mais aucun de ces signes n’a éveillé la suspicion auprès de l’Ocam ou de la Sûreté de l’Etat, rapporte ce mercredi L’Avenir, sur la base du rapport 2018 du Comité R.

Comportements religieux mais pas extrémistes

A la suite de l’attentat, le Comité permanent de Contrôle des services de renseignement et de sécurité (Comité R) a ouvert une enquête de contrôle. "Certains comportements religieux, sans être extrémistes, ont été observés chez l’auteur de l’attaque, mais aucun prosélytisme n’a pu être constaté. Indépendamment de son passé de criminel de droit commun, on ne pouvait déduire que Benjamin Herman était susceptible de représenter une menace extrémiste ou terroriste", a conclu le Comité R.

Benjamin Herman ne figurait pas dans la cellule CelEx, la structure qui dépend de l’administration pénitentiaire et est chargée d’effectuer un suivi particulier des détenus présentant un profil radical.

"Le suivi de Benjamin Herman, que ce soit par les services ou au sein de la prison, ne laissait pas présager qu’il planifiait un attentat pendant son congé pénitentiaire. Pendant cette période et jusqu’au moment où il a commis l’attaque, il n’était plus apparu sur les radars", selon le Comité R, cité par L’Avenir.

Archives : Journal télévisé 29/05/2018

Attaque à Liège : la trajectoire meurtrière

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement