iXPé

Tomb Raider : le possible coming out de Lara Croft ?

Le prochain Tomb Raider sera réalisé sous Unreal Engine 5 -
03 août 2022 à 12:26Temps de lecture4 min
Par Marine Stroili

On est au courant, oui, le prochain Tomb Raider sera développé sous l’outil Unreal Engine 5, c’est ce qui a été confirmé lors de la dernière conférence en date d’Epic Games en avril dernier. Crystal Dynamics reprend donc du service avec son gros bébé de Tomb Raider, après un rachat par le groupe Embracer en mai 2022. Le scénario complet du futur opus a leaké sur les internets, permettant aux internautes de s’en donner à cœur joie en termes de theorycrafting… Notamment sur le possible coming out de la célèbre archéologue-aventurière.

Et j’ai crié : "Lara", pour qu’elle revienne

Souvenez-vous, en 2018 sortait le dernier Tomb Raider, intitulé "Shadow of the Tomb Raider", dernier opus édité par Square Enix. S’en sortant relativement bien avec une note actuelle de 75 sur 100 sur Metacritic, il clôture la trilogie de l’archéologue revue par le duo Crystal Dynamics-Square Enix. Depuis, plus de nouvelles au sujet de Lara et ses aventures… jusqu’hier.

En effet, le scénario complet du prochain Tomb Raider a fuité sur Internet. On y apprend qu’on y incarnera Lara, la trentaine, plus mature (bien qu’elle l’était déjà) et qui a embrassé à fond la vie d’aventurière. Cette vie d’aventure, d’eau fraîche et d’archéologie lui a permis d’être reconnue sur la scène internationale. Cependant, un cataclysme d’envergure mondiale serait sur le point de s’abattre sur Terre. Reste à voir comment Lara va devoir, une fois de plus, déjouer des plans de potentielles organisations ou encore sauver le monde.

Alors oui, un Tomb Raider classique me direz-vous… Sauf qu’on apprend, dans ce scénario, que Lara entretiendrait une relation amoureuse avec une femme. Diantre, fichtre, sacrebleu ! Internet est en feu suite à cette information. Une Lara Croft lesbienne ? Et bien, pourquoi pas ?

Qu’apporterait la potentielle orientation sexuelle de l’archéologue britannique ? -
Qu’apporterait la potentielle orientation sexuelle de l’archéologue britannique ? - Crystal Dynamics – Square Enix

Pas de repos pour les rageux

Si cette rumeur sur la potentielle relation romantique entre Lara et un personnage féminin se révèle fondée (ou non), les réactions sur un possible coming out de l’aventurière ne se sont pas fait attendre sur les réseaux. Notamment Twitter, qui, à l’image de la série Dallas, est un univers impitoyable.

N’en déplaise aux personnes qui râlent à cor et à cri que cette caractéristique est, je cite, "inutile" ou que "le jeu serait victime du wokistan", il est indéniable que les scénaristes et développeurs ne vont pas plier à cause de quelques bébés cadum sur les réseaux. Car oui, il faut savoir vivre avec son temps.

Si dans les anciens opus de Tomb Raider, surtout les premiers des années 90, Lara pouvait être perçue comme une femme plantureuse et charmeuse, la cassure de cet archétype avait pu se remarquer lors de la sortie de Tomb Raider Legend en 2007 ainsi que dans les opus qui s’ensuivent. Moins de sensualité, moins de clichés axés sur la femme, plus de baston. Et c’était cool. Ici, avec l’annonce d’une potentielle relation romantique lesbienne, les réseaux se déchaînent, une fois de plus. Et, au final, ça ne dérange que les détracteurs.

Une question de représentation, d’identification

Durant cette dernière décennie, l’évolution de la représentation de personnages queer a augmenté, bien que sensiblement ou encore via des éléments de sous-textes. Rendre Lara Croft lesbienne, c’est un choix scénaristique qui permettra sans doute à des joueuses de se sentir représentées.

Et on perçoit que cette question de représentation reste toujours mal reçue, surtout quand il s’agit de gros titres. En quoi l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’un personnage représente un problème pour certains ? Une idée de réponse peut se trouver dans l’uniformisation des protagonistes des jeux triple AAA qui touchent un large public : ce public, ce sont le plus souvent des hommes, blancs et hétéros.

Cette uniformisation a pu prendre racine tranquillement depuis des années et, dès qu’un studio ou un scénariste se dit qu’il serait cool de sortir de ce carcan uniformisé, ce même large public décrit ci-dessus, cette majorité bruyante, se sent prise de court et s’écrie sur les réseaux : "Pourquoi vous faites ça ?", "Ça ne va servir à rien" ou encore "On s’en fout de la représentation" car ils ont toujours été habitués à cette uniformisation.

Il n’est pas bon d’être une femme dans le jeu vidéo

Heureusement, face aux propos absurdes de quidams sur le net, il existe encore des personnes lucides sur les réseaux :

Loading...

En effet, on a pu voir ces mêmes réactions lors de l’annonce de Rockstar qui a indiqué que le personnage principal de GTA VI sera une femme. Et évidemment, Twitter s’est donné à fond accusant Rockstar de devenir "politiquement correct".

Les femmes n’ont-elles pas une place dans les affaires de braquages, ni chez les gangsters ? Ne sont-elles bonnes qu’à finir dans des strip-clubs ? C’est ce que laissent affirmer des fans ultras de la saga GTA. Qu’à cela ne tienne, Rockstar maintiendra son choix et il va falloir passer à autre chose. L’ironie du sort étant que cela ne dérangeait bizarrement pas ces messieurs quand ils incarnaient Lara Croft dans les années 90.

 

Mentions honorables également pour trois protagonistes qui ont injustement, et de façon absurde, attisé la haine de la gent masculine :

  • En premier lieu, Aloy, héroïne de Horizon Zero Dawn et Horizon Forbidden West ; un visuel de Forbidden West montrant son visage de près avait scandalisé ces messieurs qui trouvaient cela anormal d'avoir de la pilosité faciale (cachez donc ce duvet que je ne saurai voir !) ;
  • En second lieu, Ellie de The Last Of Us Part II, qui avait osé avoir une relation amoureuse avec une autre fille, Dina. Alors que cette relation ne rendait pas le jeu moins intéressant, au contraire.
  • Et enfin, Abby, personnage emblématique de The Last Of US Part II, également, qui avait été jugée "inadaptée" à cause de son physique qui ne "rentrait pas dans les codes du corps féminin". Car apparemment il existerait un code qui définit les corps féminins ? Qu'on nous le montre, ce code !


Qu'importe, les jeux vidéo ayant des protagonistes femmes ou queer ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’être accueillis comme n’importe quel autre jeu. Tout dépend de l’évolution des mentalités, certaines étant restées quelques siècles (trop) en arrière.

 

Articles recommandés pour vous