Athlétisme

Thiam, Jacobs, Duplantis, Felix, pluie de stars mais aussi d’absents aux mondiaux d’Eugene

Les stars seront bien présentes à Eugene.

Les Mondiaux d’athlétisme débutent ce vendredi et se tiendront jusqu’au 14 juillet sur la piste hyper rapide d’Eugene aux Etats-Unis. Si de nombreuses stars seront présentes et vont assurer le spectacle, la liste des absents contient également de grands noms. Petit tour d’horizon des forces en présence et des grands noms que vous ne verrez pas.

La vitesse sera au rendez-vous

Le sprint sera encore un des événements phares de ces Mondiaux d'athlétisme.
Le sprint sera encore un des événements phares de ces Mondiaux d'athlétisme. Belga

Comme souvent, de nombreux regards seront tournés vers la piste où les rois et reines du sprint promettent encore de faire le spectacle. Sur la piste très rapide d’Eugene, le 100m masculin promet des étincelles. Les Américains Fred Kerley (9.76) et Trayvon Bromell (9.81) font office de favoris à domicile. Mais la bagarre risque de faire rage. Le Kenyan Ferdinand Omanyala (9.85) tentera de jouer les trouble-fêtes même s’il n’arrive pas dans un contexte idéal aux USA, lui qui risque d’arriver fatigué et un peu tard après avoir longuement attendu son visa lui permettant d’entrer sur le sol américain.

Il faudra également tenir à l’œil l’Italien Marcell Jacobs. Le champion olympique arrive cependant sans repère après avoir subi une élongation à la cuisse mi-mai et qui n’a donc participé qu’à deux 100m en Italie avant de s’envoler pour Eugene. Il devait participer au meeting de Stockholm il y a deux semaines mais avait renoncé à la dernière minute après que ses douleurs se soient réveillées à l’entraînement. Christian Coleman sera également à tenir à l’œil. Incapable de se qualifier sur 200m aux Trials américains, il doit sa participation au 100m à son titre de champion du monde à Doha et la question quant à son niveau actuel se pose, lui qui sort de 18 mois de suspension après avoir manqué trois contrôles antidopage.

Sur 200m, le show risque également d’être exceptionnel avec un duel entre les Américains Noah Lyles (19.61) et Erriyon Knighton qui est déjà le 4e homme le plus rapide de l’histoire à seulement 18 ans (19.49).

Chez les dames, la Jamaïque devrait une nouvelle fois étendre sa supériorité avec en point de mire les records du monde de Florence Griffith-Joyner datant de 1988 : 10"49 sur 100m et 21"34 sur 200m. Sur 100m Elaine Thompson-Herah qui a couru en 10"54 l’année dernière à Eugene et Shelly-Ann Fraser-Pryce qui avait réalisé un 10"60 aux JO de Tokyo devraient se disputer la couronne mondiale. Les deux sprinteuses ont d’ailleurs réalisé 7 des 13 meilleures performances de l’histoire du 100m depuis l’été 2021. Il faut également citer Shericka Jackson qui sera également présente sur 100m mais qui risque surtout de briller sur 200m, elle qui est devenue la troisième meilleure performeuse de l’histoire aux championnats de Jamaïque où elle avait signé un chrono de 21"55.

Athlétisme : Finale du 100m Hommes

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Mondo Duplantis, toujours plus haut

Mondo Duplantis place la barre de plus en plus haut.
Mondo Duplantis place la barre de plus en plus haut. © Tous droits réservés

Après avoir fixé la piste, il faudra lever les yeux pour apercevoir le phénomène Armand Duplantis. Le Suédois, champion du monde cadets (2015) et juniors (2018) au saut à la perche a désormais pris possession du trône chez les "grands" en étant sacré champion olympique (2021), champion du monde en salle (2022), champion d’Europe (2018) et champion d’Europe en salle (2021). Le Suédois de 22 ans partira à la quête du seul titre qu’il lui manque, celui de champion du monde en plein air.

En pleine forme, au sommet de son art, le perchiste risque d’en éblouir plus d’un, lui qui a amélioré son record du monde en mars de cette année lors des championnats du monde en salle à Belgrade où il avait franchit la barre des 6m20 à son troisième essai.

Armand Duplantis franchit les 6m20 et bat le record du monde

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

400m haies : l’incertitude Warholm chez les hommes, le phénomène McLaughlin chez les dames

Karsten Warholm et Sydney McLaughlin seront les favoris sur le 400m haies.
Karsten Warholm et Sydney McLaughlin seront les favoris sur le 400m haies. Belga

Sur le 400m haies, les Etats-Unis vont s’enflammer sur les prestations de leur nouvelle star Sydney McLaughlin. A 22 ans, elle a déjà battu trois fois le record du monde en à peine un an, dont la dernière fois fin juin, déjà à Eugene (51.41). Le duel qui l’opposera à Dalilah Muhammad, de retour de blessure, et la Néerlandaise Femke Bol promet risque d’amener beaucoup de suspense.

Chez les hommes, le doute plane autour du Norvégien Karsten Warholm. Le champion olympique et double champion du monde s’est blessé dès la première course estivale, à Rabat, où il s’est occasionné une mini déchirure à un ischio-jambier début juin. Engagé dans une course contre la montre depuis, il arrive sans repère à Eugene.

La der d’Allyson Felix

Allyson Felix va vivre ses derniers championnats du monde.
Allyson Felix va vivre ses derniers championnats du monde. © Tous droits réservés

Ces Mondiaux d’Eugene sont aussi la dernière occasion de voir à l’œuvre la grande championne qu’est Allyson Felix. A 36 ans, l’Américaine vit ses derniers championnats du monde. Athlète féminine la plus titrée de l’histoire des Mondiaux (13 or, 3 argent et 2 bronze) et des Jeux Olympiques (7 or, 3 argent, 1 bronze), Felix n’a plus ses jambes d’antan et ne sera d’ailleurs pas au départ des courses individuelles. Pour la voir, il faudra tourner le regard vers le relais mixte sur 4x400m où elle a été inscrite dans l’équipe américaine.

Un dernier tour de piste pour une des plus grandes championnes de sa génération qui sera forcément bourré d’émotion. A domicile, elle essayera de marquer une dernière fois les esprits sur la piste, mais aussi en dehors comme elle l’a toujours fait : "J’espère qu’on se souviendra de moi comme une compétitrice féroce, mais surtout, le plus important pour moi, comme quelqu’un qui a essayé de laisser le sport dans un meilleur état que je l’ai trouvé, qui a essayé de soutenir les femmes athlètes, et les femmes en général, et de se battre pour plus d’égalité".

Sifan Hassan, fatiguée mais bien présente

Sifan Hassan va tenter de continuer à dominer les longues distances chez les dames.
Sifan Hassan va tenter de continuer à dominer les longues distances chez les dames. © Tous droits réservés

Elle avait marqué les JO de Tokyo par sa tentative aussi spectaculaire qu’impossible, tenter de gagner trois médailles d’or sur 1500m, 5000m et 10000m. Sifan Hassan avait finalement récolté deux médailles d’or et une de bronze mais l’enchaînement des courses l’a marquée, aussi bien physiquement que mentalement.

"J’étais vraiment épuisée, mentalement surtout. À l’issue des Jeux de Tokyo, je suis partie un long moment en vacances et je n’ai pas du tout couru pendant deux ou trois mois. Je n’ai pas pu me remettre en selle. J’ai aussi eu beaucoup de mal à me fixer de nouveaux objectifs. Finalement, j’ai réussi à remettre la machine en route et j’ai décidé de participer aux Mondiaux. C’est un grand événement et je veux y représenter mon pays", a-t-elle expliqué.

Sifan Hassan sera donc bien du voyage à Eugene mais en allégeant quelque peu son programme. Elle sera présente au départ du 5000m et fera ensuite un choix entre le 1500m et le 10000m avec l’ambition de bien y figurer.

L'incroyable remontada de Sifan Hassan qui chute lourdement... avant de dégoûter toutes ses adversaires

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Des absents de marque

Les absents seront nombreux à Eugene.
Les absents seront nombreux à Eugene. Belga

Si de nombreuses stars seront à Eugene, la liste des absents est longue et ne fait que grandir, entre méformes, blessures et tests positifs au covid.

La Belgique fait partie des nations qui devront se passer d'éléments importants avec l'absence de Jonathan Borlée. Blessé aux ischio-jambiers lors du meeting international de la Province de Liège, le coureur de 400m doit une nouvelle fois faire l'impasse sur un grand événement après les Mondiaux de Doha (2019) et Mondiaux indoor de Belgrade (2021). Une tuile pour l'athlète mais également pour les Tornados.

Une catégorie a également été touchée par la malchance, le lancer du marteau dames. Anita Wlodarczyk, triple championne olympique et DeAnna Price, championne du monde en titre ne sera pas présentes à Eugene. La Polonaise Wlodarczyk, 36 ans, s'est blessée de manière un peu insolite. Sa contusion musculaire à la cuisse a été occasionnée en poursuivant un homme qui avait tenté de voler sa voiture à Varsovie. L'Américaine Price est, elle, une des victimes du covid. Tombée malade le 1er juillet, elle a perdu cinq kilos et n'est donc pas suffisamment en forme pour s'aligner sur la scène internationale.

Le 400m sera aussi privée de son champion du monde en titre et champion olympique, le Bahaméen Steven Gardiner. Invaincu depuis 2018, il n'a presque pas couru sur 400m cette saison en raison d'une blessure au tendon d'Achille. Ses rares apparitions étaient tout de même intéressantes avec un chrono de 31.52 sur 300m et un 44.21 sur 400m en Ligue de Diamant à Paris.

Sha’Carri Richardson avait fait beaucoup parlé d'elle avant les JO de Tokyo. Contrôlée positive au cannabis, elle n'avait pas pu défendre ses chances dans la capitale nipponne. Revenue de suspension, l'Américaine de 22 ans a tenté de se qualifier pour les Mondiaux lors des Trials américains mais n'est pas parvenue à valider son ticket pour Eugene en étant éliminée en série sur 100m et en demi-finale sur 200m. Sensation des sélections olympiques où elle avait couru en 10.64 (avec l'aide du vent), l'Américaine peine à se remettre de sa suspension.

On notera également les absences de Sam Kendricks, double champion du monde en titre à la perche, de Peres Jepchirchir, championne olympique sur le marathon, ainsi que les athlètes russes, troisième nation la plus titrée aux championnats du monde.

Les Tornados, Noor Vidts, Nafi Thiam, Bashir Abdi, la Belgique peut briller

Les chances de médailles belges sont bien réelles à Eugene.
Les chances de médailles belges sont bien réelles à Eugene. Belga

Avec une délégation de 30 athlètes, la Belgique n'a jamais été aussi bien représentée et espère bien ramener des médailles.

La plus grande chance se trouvera évidemment du côté de l'heptathlon où Nafi Thiam et Noor Vidts vont se battre pour la médaille d'or. Thiam, double championne olympique, championne du monde, championne d'Europe et double championne d'Europe en titre va tenter de montrer qu'elle est toujours la grande dame de la discipline. Noor Vidts, championne du monde en salle, va, elle, tenter de continuer sa progression vers les sommets et prouver qu'il faut désormais compter sur elle dans le haut du classement.

Les Tornados vont quant à eux tenter de se qualifier pour une nouvelle finale internationale. Champion du monde en salle, trois fois champion d'Europe et deux fois champion d'Europe en salle, le relais 4x400m a déjà ramené 14 médailles à la Belgique et se voit bien en ramener une quinzième.

Médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Tokyo, Bashir Adbi va lui se présenter au départ du marathon pour tenter d'engranger une troisième médaille après sa médaille d'argent sur les championnats d'Europe.

Médaille d'or - Heptathlon - Nafissatou Thiam

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Mondiaux de Eugene : Sydney McLaughlin claque son 4e record du monde et repousse les limites sur le 400m haies

Athlétisme

Articles recommandés pour vous