Regions Namur

Test de réactivité des services de secours à Namur : bon bulletin mais...

Accident grave hier à Jambes entre deux cars de transport scolaire. Il s'agissait d'un exercice qui testait la réactivité des services de secours.
18 oct. 2016 à 09:24 - mise à jour 18 oct. 2016 à 09:24Temps de lecture1 min
Par Laurence Lenne

Comment réagir en cas d'accident grave avec blessés? Les services de secours sont-ils bien préparés pour travailler ensemble? Un exercice catastrophe de l'aide médicale urgente a eu lieu ce lundi (le 17 octobre) à Namur.  Un test grandeur nature dont le scénario campait une collision entre deux véhicules de transport scolaire. D'une part, un car avec 40 enfants à bord. En face, un autre véhicule transportant 5 personnes, et c'est le crash. Une centaine de personnes au total ont participé à ce test au domaine militaire de Jambes.

Des enfants d'écoles namuroises comme figurants  

L'exercice avait pour objectif de tester la réactivité des différents services de secours lors d'un plan d'urgence communal. "Ce type d'accident nécessite l'intervention d'un bon nombre de services différents." explique Benoit Demazy, porte-parole à la Ville de Namur.  "Tous ces services travaillent séparément, et il existe par écrit  un mode opératoire à mettre en place dans ce type d'accident. Le but ici est de voir comment ils collaborent sur le terrain en cas d'urgence, et de tirer l'enseignement de ce que l'on peut améliorer en cas de catastrophe réelle.  Il y a des agents des TEC, des policiers, des médecins, des pompiers. Les victimes sont blessées, d autres brûlées. Des élèves d' écoles namuroises ont d'ailleurs joué les figurants."

Bon bilan mais petit bémol du côté de l'identification des intervenants

Globalement,  le test s'est plutôt bien déroulé. "Les services namurois sont bien préparés, on l'a remarqué. La communication pourrait être améliorée, c'est vrai, mais dans l'ensemble, nous sommes satisfaits".  Dans la rubrique, "peut mieux faire", il y a notamment  l'identification des intervenants lors de l'accident simulé. "Pas toujours simple de savoir de qui il s'agit lors des actes de secours, car les intervenants portent tous des gilets fluo de la même couleur. On ne savait pas les différencier".  Ce type  d'exercice catastrophe de l'aide médicale urgente est une obligation. A Namur, on tirera donc les leçons de ce test: rien n'est à négliger pour maximiser la sécurité.

 

Articles recommandés pour vous