Test Achats s'insurge contre Telenet et son impossibilité de zapper les pubs

18 août 2021 à 15:44Temps de lecture1 min
Par Belga

Test Achats s'insurge mercredi contre le nouveau modèle publicitaire annoncé par Telenet, qui rendra bientôt impossible le choix par les téléspectateurs de zapper ou de dérouler les pages de publicité en vision différée ou enregistrée.

Regarder la télévision en différé en faisant défiler rapidement les pauses publicitaires fera bientôt partie du passé, dénonce Test Achats. "Toute personne qui souhaite lancer un enregistrement sera d'abord 'obligée' de regarder des publicités."

Les autres opérateurs pourraient suivre

Ce nouveau modèle publicitaire sera prochainement (en théorie fin septembre) appliqué par Telenet pour les clients qui ont une nouvelle TV-box. En 2022, les autres clients de Telenet TV suivront et la mise à jour se fera automatiquement via le décodeur. "D'autres opérateurs comme Orange, Proximus, Scarlet et VOO vont sans doute suivre et appliqueront également ce nouveau modèle publicitaire. Toutefois, ils n'ont pas encore communiqué leur calendrier", précise-t-elle.

Test Achats regrette cette décision d'appliquer ce nouveau modèle publicitaire. "Les clients sont maintenant obligés de payer pour regarder les publicités et cela sans aucune garantie que cette pause commerciale obligatoire aura un effet favorable sur les annonceurs, car en tant que téléspectateur, vous pouvez toujours utiliser cette minute pour une pause pipi ou une visite au réfrigérateur", estime Jean-Philippe Ducart de Test Achats.

L'organisation de défense des consommateurs pointe par ailleurs le fait que cette obligation pourrait se retourner contre les opérateurs. "Le nombre de clients de la télévision numérique risque de diminuer (encore) plus rapidement et les services de streaming vont devenir encore plus populaires", conclut-elle.

 

Sur le même sujet

Telenet/Base éteindra le signal 3G de son réseau mobile à partir de septembre 2024

Sciences et Techno

La vente aux enchères de la 5G "extrêmement fructueuse" pour Telenet, selon son CEO

Economie