RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Tensions à Taïwan : sa visite "ne visait pas à changer le statu quo", affirme Nancy Pelosi

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi. La démocrate visite la zone de sécurité commune de la zone démilitarisée qui sépare la Corée du Nord et la Corée du Sud, le 4 août 2022.
05 août 2022 à 04:18Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Kevin Dero

La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a déclaré vendredi que les étapes de sa tournée asiatique, y compris sa visite à Taïwan, "ne visaient pas à changer le statut quo" dans la région.

Il s’agit d’instaurer la paix dans le détroit de Taïwan et de faire prévaloir le statu quo

 

"Nous avons dit dès le début que notre représentation ici ne visait pas à changer le statu quo ici en Asie, à changer le statu quo à Taïwan", a déclaré Nanvy Pelosi lors d’une conférence de presse à Tokyo. "Il s’agit de (la loi) "Taiwan Relations Act", de la politique Etats-Unis/Chine, de tous les textes de loi et accords qui ont établi ce que sont nos relations. Il s’agit d’instaurer la paix dans le détroit de Taïwan et de faire prévaloir le statu quo", a-t-elle ajouté.

Pelosi à Taïwan – Le déplacement à Taïwan "ne visait pas à changer le statu quo", affirme Pelosi
Pelosi à Taïwan – Le déplacement à Taïwan "ne visait pas à changer le statu quo", affirme Pelosi Belga

Sujet de notre JT du 4 août :

Taïwan : Intimidation militaire de la Chine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Ils ont essayé d'isoler Taïwan"

"Les Chinois ont procédé à ces tirs, utilisant probablement notre visite comme un prétexte", a également commenté Nancy Pelosi lors d'une conférence de presse vendredi à Tokyo.

Ils "ont essayé d'isoler Taïwan", a-t-elle ajouté, rappelant que Pékin avait au printemps rejeté l'appel des Etats-Unis à autoriser la participation de Taïwan à l'assemblée annuelle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Mais "ils n'isoleront pas Taïwan en nous empêchant de nous y rendre. Nous avons eu des visites de haut niveau, des sénateurs au printemps, de manière bi-partisane (...) et nous ne leur permettrons pas d'isoler Taïwan", a-t-elle lancé. "Ils ne décident pas de nos déplacements."

Sur le même sujet

Taïwan accuse la Chine de simuler une attaque de l'île

Monde

Taïwan : l’invasion de l’île par la Chine, un scénario plausible ?

Monde

Articles recommandés pour vous