Taxe Tobin: la Belgique ne bloque pas le processus, assure Charles Michel

Charles Michel a demandé des clarifications sur la taxe Tobin
23 juin 2017 à 13:55Temps de lecture1 min
Par RTBF avec Agences

Le Premier ministre belge Charles Michel est "très satisfait" des clarifications obtenues vendredi à propos de la taxe sur les transactions financières (dite taxe Tobin) auprès de ses collègues européens.

"Mission accomplie: j'ai fait ce que j'avais promis au Parlement fédéral, en demandant des clarifications à mes collègues européens", a indiqué le Premier ministre à l'Agence Belga, à l'issue de la réunion.

D'habitude, le dossier est plutôt abordé par les ministres des Finances des pays qui négocient cette taxe. L'ajout du point à l'agenda du sommet a fait l'objet d'intenses tractations.

Le Premier ministre a rappelé à ses pairs que la Belgique ne bloquait pas le processus, contrairement au "mauvais procès" qu'on essaie de lui faire.

Lié au Brexit

Seul le président français Emmanuel Macron a pris la parole après l'intervention de Charles Michel. Il a répété son soutien à cette taxe de 0,1% sur les transactions en actions et obligations et de 0,01% sur les produits dérivés et exprimé le souhait qu'elle inclue plus de pays. Actuellement, dix pays sont engagés dans les négociations, lancées en 2013.

Le débat sur cette taxe Tobin doit cependant être lié aux débats sur le Brexit et l'accès aux marchés financiers, selon le président français. Cela pourrait donc repousser la perspective d'un accord sur la taxe Tobin à la fin des négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union.

Le Premier ministre prévoit de remettre le sujet sur le tapis lors qu'il aura, durant l'été, avec le président français.