Monde

Syrie: Damas quadrillée par l'armée, six morts dans le pays

Photo transmise par les militants syriens des LCC des funérailles dans un quartier de Damas de manifestants tués par les forces syriennes, le 18 février 2012
19 févr. 2012 à 14:17 - mise à jour 19 févr. 2012 à 14:25Temps de lecture2 min
Par AFP

Ailleurs dans le pays, six personnes ont trouvé la mort depuis l'aube dans les violences, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"D'importantes forces de sécurité sont déployées à Mazzé", dans le centre-ouest de la capitale, où cinq personnes ont été tuées par les forces de l'ordre durant les manifestations de vendredi et samedi, a affirmé Mohammad Chami, porte-parole des "comités" de Damas et de sa région, joint au téléphone par l'AFP.

Il a précisé que les magasins étaient fermés dans des zones traditionnellement hostiles au régime, citant Barzé, Qaboune et Joubar, des quartiers se touchant au nord-est de la ville et Kafar Soussé, situé au sud de la capitale.

En revanche, la vie était normale dans le centre-ville, ont indiqué des témoins.

Les forces de sécurité avaient ouvert le feu sur les participants à des funérailles

Par ailleurs, le porte-parole du "Comité de Mazzé" Abou Khouzaifa a rapporté à l'AFP que "Samir al-Khatib, peintre en bâtiment de 34 ans tué samedi d'une balle dans le cou, a été enterré par sa famille dimanche" tôt au cimetière de Mazzé.

Les forces de sécurité avaient ouvert le feu sur les "15 000 et 20 000 personnes" qui, selon l'OSDH, basé en Grande-Bretagne, avaient participé aux funérailles de quatre manifestants abattus vendredi par les troupes du régime dans ce quartier, les premiers tués au coeur de la capitale.

En contrebas du palais présidentiel, le quartier résidentiel de Mazzé abrite de nombreuses ambassades, des bâtiments gouvernementaux et des services de sécurité.

Six personnes tuées hors de la capitale

En revanche, en milieu de journée, il semblerait qu'il y ait pas eu de défilés hostiles au régime du président Bachar al-Assad. Les militants avaient indiqué dans la matinée s'attendre à des "manifestations monstres" à Damas, malgré la neige qui paralyse une partie du pays.

"Le sang des martyrs vous appelle à la désobéissance civile", ont écrit les militants sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011", plaçant la journée de dimanche sous le bannière de la "désobéissance civile de Damas".

Hors de la capitale, six personnes ont été tuées dimanche en Syrie. Un procureur général, un juge ainsi que leur chauffeur ont été abattus à Idleb (nord-ouest) par "des tireurs non identifiés", selon l'OSDH, alors que pour l'agence officielle Sana, il s'agit de "bandes terroristes armées".

L'agence rapporte également que des "bandes terroristes armées" ont tiré une roquette sur un réservoir de carburant de la raffinerie de Homs (centre).

Selon l'OSDH, trois autres civils sont morts sous les balles des forces de sécurité: une femme à Chahné dans la province de Homs, un homme dans la province d'Alep et un avocat à Deir Ezzor.

AFP