Syrie: au moins 18 civils tués dans des raids du régime sur Idleb

Les secours à l'oeuvre après une attaque aérienne près d'Idleb

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 mai 2019 à 19:54 - mise à jour 27 mai 2019 à 19:54Temps de lecture2 min
Par AFP

Au moins dix-huit civils dont six enfants ont été tués lundi dans des raids aériens du régime syrien contre la province d'Idleb, dernier bastion jihadiste dans le nord-ouest du pays en guerre, selon une ONG.

La province d'Idleb ainsi que des secteurs des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié, contrôlés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda), sont le théâtre depuis fin avril de raids intenses du régime et de son allié russe, et d'affrontements meurtriers entre jihadistes et forces loyales au président Bachar al-Assad.

« Dix-huit civils, dont six enfants, ont été tués lundi dans des frappes aériennes et des tirs de missiles contre la province d'Idleb », a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Parmi eux, « dix personnes, dont quatre enfants, ont péri dans la seule ville d'Ariha », a ajouté M. Abdel Rahmane, faisant état d'« au moins 47 blessés » dans l'ensemble de la province.

Dimanche, des frappes menées par l'aviation syrienne ont tué 12 civils dans la province d'Idleb, selon l'OSDH.

A Ariha, des secouristes de la défense civile connus sous le nom de Casques blancs s'attelaient lundi à la recherche de survivants sous les décombres d'un immeuble visé par les frappes aériennes, a constaté un correspondant de l'AFP sur place.

Epaulés par des civils, ils ont dû utiliser un bulldozer pour se hisser à un étage supérieur et évacuer le corps d'un enfant coincé sous les blocs de béton.

« C'était indescriptible. Des femmes et des enfants blessés allongés au sol, des destructions partout, des magasins endommagés », a témoigné auprès de l'AFP Mohamad Said, un habitant d'Ariha, qui se trouvait à l'endroit visé par les raids.

Selon l'Observatoire, plus de 250 civils, dont une cinquantaine d'enfants, ont déjà péri dans l'escalade des violences dans la région depuis fin avril.

Plus de 200.000 personnes ont en outre été déplacées durant la même période, selon l'ONU.

Idleb et ses environs ont fait l'objet en septembre 2018 d'un accord entre Moscou et Ankara sur une « zone démilitarisée » devant séparer les territoires aux mains des rebelles et jihadistes des zones gouvernementales attenantes.

Cet accord, partiellement appliqué, avait permis d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne.

Les forces prorégime ont réussi depuis avril à reprendre plusieurs villes dans le sud de la province d'Idleb et le nord de celle de Hama.