Monde

Suède: l'enquête se poursuit sur l'assassinat du Premier ministre Olof Palme

Le 28 février 1986, le Premier ministre suédois Olof Palme était assassiné en plein centre de Stockholm
02 mars 2013 à 12:40Temps de lecture1 min
Par Belga News

La police avait ouvert jeudi, jour anniversaire du meurtre du chef du gouvernement, une ligne téléphonique consacrée à l'assassinat, toujours non élucidé. Plus de 100 personnes se sont manifestées, certaines pour la première fois.

Selon le policier chargé de l'affaire, Dag Andersson, "plusieurs de ces témoignages sont intéressants" pour l'enquête, a relevé TT. "Nous allons les étudier et déterminer quelles sont les informations nouvelles et celles qui n'ont pas été vérifiées", a précisé l'enquêteur.

Froidement abattu sur un trottoir gelé du centre de Stockholm alors qu'il rentrait à pied du cinéma avec sa femme un vendredi soir, Olof Palme continue d'occuper une place particulière dans le cœur des Suédois. Un documentaire, salué par la critique, vient de lui être consacré.

Son meurtrier avait réussi à prendre la fuite, emportant avec lui l'arme du crime qui n'a jamais été retrouvée.

Identifié par la veuve de l'ancien chef du gouvernement social-démocrate, Lisbeth Palme, un alcoolique toxicomane déjà condamné pour meurtre, Christer Pettersson, a été déclaré coupable en juillet 1989 avant d'être relaxé en appel quelques mois plus tard, pour insuffisance de preuves.

Bien qu'admiré, Olof Palme s'était fait néanmoins beaucoup d'ennemis aussi bien en Suède qu'à l'étranger, ce qui a amené les enquêteurs à soupçonner, parmi beaucoup d'autres, aussi bien des cercles de l'armée et de la police suédoise que le groupe séparatiste kurde PKK ou encore les services secrets sud-africains. Une série télévisée diffusée après Noël accréditait la thèse d'un assassinat commandité par les Renseignements suédois.

Christer Pettersson, qui s'était un temps vanté du meurtre avant de se rétracter, est mort subitement en 2004, emportant son secret dans sa tombe.

Pour la famille Palme, il reste toutefois l'assassin. "Ma mère l'a clairement désigné", a déclaré le fils au tabloïd Expressen.

Belga

Sur le même sujet

Un film censuré en Suède sera diffusé en intégralité en Belgique