RTBFPasser au contenu
Rechercher

Stations-services françaises: arnaque sur le prix du casse-croûte

Dans certains cas, le café-machine peut friser les deux euros.
05 août 2015 à 11:11 - mise à jour 05 août 2015 à 11:11Temps de lecture2 min
Par Jean-Claude Verset

Quiconque s’est arrêté un jour sur une aire de parking d’autoroute en France a pu "apprécier" le prix des sodas, sandwiches et autres gourmandises. Des tarifs qui inciteraient plutôt à contracter un emprunt hypothécaire avant de passer à la caisse.

Dans l’Hexagone, c’est le site français Caradisiac qui a mené l’enquête pour objectiver ce sentiment intuitif. Et les résultats sont pires que prévus.

Jusqu'à 3 fois le prix

Par comparaison avec la supérette du coin, la facture d’un panier casse-croûte moyen est augmentée de 122%. Avec des pointes à 138% pour des chewing-gums, 195% pour un triangle "jambon beurre" et jusqu’à 321% pour une bouteille d’eau. Pour la petite histoire, ce sont les produits pour véhicules qui sont les moins chers, avec un surcoût de "seulement" 29% pour le bidon d’huile et 14% pour le lave-glace.

Et cela, bien sûr après avoir payé le carburant 10% de plus qu’en quittant l’autoroute. Pour obtenir des explications sur ces différences, Caradisiac dit avoir contacter Total, Shell, Esso, Leclerc et Carrefour qui ont préféré ne pas répondre aux questions. Tout au plus, un gestionnaire d’autoroute a-t-il lancé quelques pistes.

Clientèle captive

La principale raison de cette inflation autoroutière trouve sans doute son origine dans la clientèle "captive" des routes payantes. Quitter le réseau autoroutier fait craindre un surcoût au conducteur. Sans parler d’une perte de temps alors que l’on emprunte (au premier sens du terme) les voies rapides dans l’espoir de gagner quelques minutes.

Un autre site (Autoroute-eco) s’est cependant spécialisé dans les conseils aux automobilistes pour réduire le coût des péages autoroutiers en quittant, puis en réintégrant le réseau autoroutier.

Selon les calculs d’Auto Plus, cette pratique qualifiée de "saute-péage" entre Grenoble et Albertville permet de gagner plus de deux euros.

D’autres arguments expliquant les prix exorbitants des produits est l’accès des services 24 heures sur 24. Les stations d’essence ne pourraient, seules, rentabiliser les infrastructures et les redevances versées aux sociétés d’autoroutes. C’est la raison pour laquelle les points carburants deviennent de véritables petites supérettes vendant non seulement de l’alimentation, mais aussi des souvenirs, des vêtements, des jouets, des livres et des accessoires pour routiers.

Un autre argument est le prix de location du terrain par les distributeurs de carburants. La redevance serait très élevée a assuré Total aux enquêteurs du site Caradisiac.

Le seul conseil avant de se lancer dans un long voyage en voiture est d’emporter son propre casse-croute. Ou sa carte de crédit.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous