Cyclisme

Sous la pluie, Gilbert s'attend à une Primavera difficile

Sous la pluie, Gilbert s'attend à une Primavera difficile
17 mars 2018 à 10:29 - mise à jour 17 mars 2018 à 10:29Temps de lecture1 min
Par Martin Weynants avec Jérôme Helguers, envoyé spécial de la RTBF en Italie

Philippe Gilbert rêve d'accrocher la Primavera à son palmarès. La premier Monument de la saison est aussi le plus ouvert et le plus indécis. A côté de la force collective de Quick Step, l'ancien champion du Monde aura peut-être un allié supplémentaire cette année : la météo.

La pluie va accompagner les coureurs pendant les 150-160 premiers kilomètres, jusqu'au Turchino et à sa descente piégeuse. Cela promet une "course dure". "Il pleut et il fait froid. Quoi qu'il arrive, la course sera difficile", expliquait Phil juste avant de s'élancer. "Cela va donner un beau départ. Cela va être un peu compliqué. Il va falloir être attentif dans Milan avec les rails de tram etc. Tous les coureurs seront bien couverts, certaines équipes utilisent des survêtements de pluie noires, donc cela rend la lecture de la course plus difficile, savoir qui est devant etc. On peut un peu se faire piéger comme ça. Il va falloir vraiment être très attentif. Il y a beaucoup de chance qu'on fasse une majorité de la course sous la pluie".

Un élément frappe les esprits quand on analyse le palmarès des dix dernières années : dix éditions, dix vainqueurs différents. "C'est bien ça veut dire que tout le monde a sa chance", sourit Gilbert. "Je ne parlerai pas de Loterie. Il y a toujours un coureur qui arrive à tirer son épingle du jeu en forçant les choses et en créant une situation qui lui est favorable. Je n'ai pas encore réussi à le faire. Je suis passé quelques fois assez près (deux podiums, ndlr)."

Avec Elia Viviani, Julian Alaphilippe et Philippe Gilbert, Quick Step a trois cartes à jouer. Ce qui diffuse un peu la pression et, lui, offre peut-être un peu plus de libertés. "On a une équipe très forte depuis l'an passé. On a l'habitude de gérer ce genre de situations et on ne fait pas souvent d'erreur. Donc c'est bien pour nous".

Articles recommandés pour vous