Monde

Soudan du Sud: Juba met les rebelles en garde en cas de rejet de la trêve

Ilustration: un camp de personnes déplacées, au Sud Soudan
28 déc. 2013 à 16:28 - mise à jour 28 déc. 2013 à 16:42Temps de lecture2 min
Par Germain Renier

Le gouvernement du président Salva Kiir a proposé une trêve immédiate vendredi aux insurgés. Il s'est également engagé à libérer huit des onze responsables proches du vice-président déchu arrêtés pour complot présumé en vue de renverser le chef de l'Etat. Deux d'entre eux ont recouvré la liberté dans la journée.

Riek Machar, un Nuer, a réagi à l'offre de trêve sur la BBC, en expliquant qu'il prendrait au sérieux le cessez-le-feu à condition qu'il soit crédible et mis en oeuvre correctement.

"Tant que des mécanismes de supervision ne seront pas instaurés pour un cessez-le-feu présenté par une partie comme étant unilatéral, l'autre partie ne peut pas être certaine qu'il s'agisse d'un véritable engagement", a-t-il dit.

Le Soudan du Sud est déchiré depuis le 15 décembre par d'intenses combats qui menacent de dégénérer en guerre civile. Au coeur de ce conflit, une rivalité entre le président Kiir et son ex-vice président Riek Machar, limogé en juillet. Le bilan des combats atteindrait plus d'un millier de morts, selon l'ONU, qui a annoncé la découverte d'un charnier à Bentiu.

Plus de deux ans après l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, de nombreux Sud-soudanais vivent toujours au Soudan. Début décembre, l'organisation internationale pour les migrations (OIM) avait organisé le rapatriement par la route de 1500 d'entre eux, bloqués depuis deux ans dans les environs de Khartoum.

Des centaines de Sud-soudanais fuient vers le Soudan

Selon l'ONU, des centaines de Sud-soudanais ont fui les combats qui font rage depuis bientôt deux semaines dans leur pays, au bord de la guerre civile, pour trouver refuge au Soudan.

"Selon des informations reçues par le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), qui n'ont pas encore été confirmées, des centaines de ressortissants sud-soudanais ont traversé la frontière vers le Soudan depuis plusieurs points de passage", a expliqué à l'AFP ce responsable sous couvert d'anonymat.

Les chiffres exacts ne sont pas connus, a-t-il précisé.

L'agence officiel Suna a rapporté, citant le gouverneur de l'Etat du Nil Blanc au Soudan, frontalier du Soudan du Sud, que des milliers de Sud-soudanais se dirigeaient vers la frontière.

L'Etat du Nil Blanc borde celui du Haut-Nil (Soudan du Sud), riche en pétrole, où des témoins faisaient état de combats depuis lundi, qui semblaient s'être calmé samedi selon le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Philip Aguer.

Avec agences

Vers la paix au Soudan du sud

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le Soudan du Sud est au bord de la famine et du génocide

Monde

L'Ouganda somme le rebelle sud-soudanais Machar d'accepter un cessez-le-feu

Monde

Articles recommandés pour vous