Regions Liège

Seraing : l'unité covid gérée par des militaires au Bois de l'Abbaye accueille ses premiers patients

Des militaires à l'hôpital de Seraing

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 nov. 2020 à 16:54 - mise à jour 03 nov. 2020 à 16:54Temps de lecture2 min
Par Natacha Mann et Martial Giot

Au Centre Hospitalier du Bois de l’Abbaye à Seraing, l’unité covid gérée par l’armée a accueilli ses tout premiers patients ce mardi. Un maximum de 26 malades peut y trouver place. Cet appui de la Défense doit permettre de soulager les hôpitaux de la région liégeoise. Tous pourront y transférer des patients.

L’équipe de la composante médicale militaire déployée au Centre Hospitalier du Bois de l’Abbaye à Seraing est composée de 25 personnes : médecins, infirmières et infirmiers ou ambulanciers. Certains sont habitués aux zones de guerre à l’étranger. Cette fois, ils doivent gérer, en autonomie, une unité covid dans un hôpital civil. L’adjudant-chef Henri Nottelet est infirmier chef : "Notre travail principal, c’est d’être au service de la nation. C’est ce qu’on va faire ici. Tout le monde est très enthousiaste de pouvoir participer à ce genre d’expérience. Ce qui se passe ici n’est pas moins grave que ce qui peut se passer à l’étranger en situation de conflit. On est un peu en situation de conflit ici, parce qu’on se bat contre quelque chose qu’on ne connaît pas bien. Ça va être le même principe, c’est qu’on va s’adapter pour pouvoir battre un ennemi potentiel, ici le coronavirus."

Les militaires sont arrivés lundi et n’ont pas perdu de temps. Le capitaine Cedric Smets, Médecin senior explique : "Ce n’est pas un déploiement classique. C’est la première fois qu’on fait ce genre de chose. Mais on s’est organisés comme si c’était un déploiement. Ça veut dire qu’on a la structure hiérarchique militaire qui vient avec, ce qui nous a permis en fait de mettre ceci en place assez rapidement."

Le personnel du Bois de l’Abbaye a formé les militaires aux normes covid. Le Docteur Bernard Geurde, le directeur médical du centre hospitalier, a constaté qu’ils étaient de bons élèves : "Ils ont une approche qui n’est pas la nôtre évidemment, c’est très militaire par définition, mais c’est vraiment intéressant. Ce sont des gens très pragmatiques, très précis qui posent des questions extrêmement pertinentes tout le temps. Ils sont très impliqués."

Les militaires devraient rester sur place trois à quatre semaines au minimum.

L’armée a également envoyé huit membres d’une de ses unités médicales dans une maison de repos de Verviers : "La Lainière". Deux équipes de six militaires sont, par ailleurs, en renfort à la clinique Reine Astrid de Malmedy pour assurer des tâches diverses, comme l’aide à l’accueil ou le brancardage, par exemple.

Sur le même sujet

Coronavirus : des militaires en renfort à l’hôpital de Malmedy et à "La Lainière" à Verviers

Regions Liège

Coronavirus : les centres de revalidation viennent en renfort aux hôpitaux pour les patients qui nécessitent un suivi médical léger

Regions Liège

Articles recommandés pour vous