Regions

Sécheresse : un maraîcher doit récolter 20.000€ pour sauver ses légumes

Alexandre Pochet lance un crowdfunding pour forer un puits sur ses terres et sauver son activité.
08 août 2022 à 16:01 - mise à jour 08 août 2022 à 17:45Temps de lecture1 min
Par Louis Matagne

Les temps sont durs pour celles et ceux qui travaillent la terre. A Houyet, en province de Namur, un maraîcher lance un appel à l’aide. Alexandre Pochet, du jardin d’Ame-Hour, a besoin de 20.000€ pour creuser un puits sur son terrain, et ainsi avoir un accès direct à l’eau. Car pour l’instant, il irrigue ses cultures principalement avec de l’eau de pluie récoltée dans un bassin. "Le peu d’eau à disposition va dans les serres pour alimenter les tomates, les aubergines, les poivrons et les concombres ", explique le maraîcher.

Inévitablement, le reste des cultures, comme les brocolis et les choux-fleurs, en pâtit. "Les brocolis ont été sous-irrigués, ils sont donc trop amers, et ils partent en semence pour les fleurs. Les haricots sont devenus fibreux, et je ne travaille même plus tout ce qui est sensible à la montaison, comme la roquette ou la coriandre."

Sous-alimentés en eau et donc trop amers, les brocolis sont invendables, tout comme les choux-fleurs.
Sous-alimentés en eau et donc trop amers, les brocolis sont invendables, tout comme les choux-fleurs. Benjamin Carlier

Un agriculteur à la rescousse

Rien que pour arroser ses 350 pieds de tomates, Alexandre Pochet a besoin de 1000 litres par jour. On comprend dès lors que le peu de pluie tombé ces derniers temps dans le bassin ne suffise pas. Heureusement, plusieurs fois par semaine, un voisin agriculteur, qui possède un puits, vient remplir le bassin du maraîcher avec de l’eau. Mais pour lui aussi les temps sont durs.

"J’ai besoin d’eau pour mes bêtes, et c’est mon seul puits, je dois rationaliser", explique Michel Cavillot, agriculteur. Alexandre Pochet en est donc arrivé à un implacable constat : il doit creuser son propre puits ou mettre un terme à son activité, laquelle risque d’être de plus en plus souvent impactée par des épisodes de sécheresse.

Régulièrement, un agriculteur voisin vient déverser de l’eau dans le bassin du maraîcher.
Régulièrement, un agriculteur voisin vient déverser de l’eau dans le bassin du maraîcher. Benjamin Carlier

Il lance un crowdfunding

Encore faut-il trouver l’argent. "Le devis qu’on nous a remis s’élève à 10.000€ rien que pour le puits. Et il faut encore investir dans la pompe solaire, car il n’y a pas d’électricité sur le terrain. Vu mes petits revenus, les banques ne me suivent pas." A

lexandre Pochet a donc lancé un "crowdfunding" pour récolter la somme de 20.000€. Il devra ensuite demander un permis d’environnement. Il espère avoir un puits opérationnel pour l’été 2023.

Sur le même sujet

Vague de chaleur : les pommes et les poires sont déjà là

Regions Hainaut

Sel, soleil et sécheresse : la combinaison gagnante des paludiers de Guérande

Economie

Articles recommandés pour vous