Jupiler Pro League

Riga : "Je veux réorienter ma carrière"

José Riga
14 mai 2012 à 13:43 - mise à jour 14 mai 2012 à 14:20Temps de lecture2 min
Par Belga News

Riga entrera dans un staff composé de cinq personnes, dont la mission est de définir l'orientation de la qualité du football au Qatar avant la Coupe du monde 2022 que le Qatar organisera.

José Riga annonce que son contrat porte sur un an et que sa décision est avant tout été basée sur des considérations familiales.

"On a écrit beaucoup de choses, mais je veux réorienter ma carrière, a d'emblée précisé le désormais ex-T1 du Standard. Je donne une autre orientation à ma carrière et à ma vie. C'est avant tout un choix familial. Une opportunité se présente à moi, un objectif qui me plaît. Il n'est pas certain que j'en ai de nouveau une telle à l'avenir. Je remercie le club pour sa compréhension."

José Riga était arrivé au Standard en début de saison, après le rachat du club par Roland Duchâtelet. Le Standard a terminé 5e du championnat et ne sera donc pas européen la saison prochaine.

"Ma décision est tombée récemment. Ce n'est pas un choix qui se prend à la légère, j'ai longtemps hésité. Il s'agit d'une décision personnelle, qui n'a rien à voir avec les résultats", a-t-il poursuivi.  

José Riga a réfuté l'hypothèse de soucis internes, à la base de son départ. "Non ce n'est pas ça. Je ne fuis pas. C'est un nouveau challenge. Le projet du Standard me tenait à coeur mais il y avait vraiment des raisons pour que j'emprunte cette route."

"Il n'y a pas lieu de débattre de la manière dont ce départ s'est produit. La vie est faite de choix et de virages à prendre. J'ai voulu en informer le plus vite la direction. La décision a été communiquée dimanche avant le match à Anderlecht. Pour moi, ces nouvelles fonctions me permettront d'ajouter d'autres connaissances à ma formation. L'opportunité ne se présentera pas deux fois."

Roland Duchâtelet a pris la parole à son tour. "C'est une réelle surprise pour moi, a confirmé le président. Cela me déçoit également. Nous avons pris la peine de discuter et j'ai compris ses arguments. Ce ne sera pas facile de le remplacer." L'homme fort des Rouches a ensuite justement évoqué sa succession. "On se donne jusqu'à la fin juin pour lui trouver un successeur. Nous avons la chance de pouvoir prendre du recul pour faire le bon choix. La situation est différente de l'an dernier. Plusieurs paramètres entrerons en compte, notamment que celui-ci soit apprécié du public et qu'il ait l'envie d'intégrer des jeunes du cru. Nous n'avons pas encore pris de contact."

M. G. avec Belga