WRC

Rétro Rallye 2021 : Neuville en "chien fou mature", Ogier en maîtrise, un rêve qui se réalise avec le WRC en Belgique

Rétro Rallye 2021 : Neuville en "chien fou mature", Ogier en maîtrise, un rêve qui se réalise avec le WRC en Belgique

Le Français Sébastien Ogier a profité de la saison 2021 du Championnat du Monde des Rallyes pour ajouter un huitième titre à son impressionnant palmarès. Le pilote de la Toyota Yaris WRC #1 a remporté cinq des douze épreuves du calendrier, mais il a dû attendre le dernier rendez-vous de l'année, il y a un mois à Monza, pour valider son sacre et faire ses adieux de la plus belle des manières à son copilote Julian Ingrassia, qui a choisi de prendre sa retraite sportive.

Dans notre Rétro Rallye 2021, nous revenons en compagnie de Lionel Hansen, le consultant de notre journaliste Olivier Gaspard sur la majorité des spéciales diffusées sur Auvio, sur quelques temps forts de la saison et notamment sur les prestations de Sébastien Ogier, de Thierry Neuville, et sur la grande première - réussie - du WRC en Belgique, l'été dernier entre Ypres et Francorchamps...

Loading...

Sébastien Ogier, tout en maîtrise du début à la fin de la saison

Sebastien Ogier et  Julien Ingrassia

Une victoire sur "son" Monte-Carlo pour parfaitement lancer sa saison, puis des victoires en Croatie, en Sardaigne et au Kenya pour s'installer confortablement en tête du championnat dès la mi-saison alors que plusieurs de ses adversaires - et essentiellement les pilotes Hyundai - galéraient et perdaient des plumes : Sébastien Ogier a régné sur la saison 2021, malgré son statut de balayeur officiel lors de la première journée des différents rallyes "terre" du championnat. Le voilà octuple Champion du Monde, à une longueur de son compatriote Sébastien Loeb...

"Une victoire d’entrée de jeu, beaucoup de victoires pendant l’année, et puis il a parfaitement dominé son sujet alors qu’il a rencontré des conditions délicates pendant toute la saison, il a dû ouvrir la route sur la terre évidemment, souligne Lionel Hansen. Il a aussi eu quelques rallyes en dents de scie en fin de saison, notamment à partir du Rallye d’Ypres (où Toyota avait vécu des essais un peu plus compliqués, qui ne correspondaient pas vraiment aux spéciales du rallye). Et puis, les deux rallyes avant Monza, ils étaient un peu moins performants. Mais au final, il a gagné ce huitième titre avec une très belle maîtrise et très peu d’erreurs, une seule erreur sur toute la saison, très peu de problèmes pour la voiture et pour lui, alors que les conditions de route n’étaient pas toujours favorables."

Le Français l'a clamé haut et fort, 2021 était sa dernière année "à temps plein" en Mondial. Il roulera à la carte en 2022, avec un nouveau copilote (Benjamin Veillas à la place de Julien Ingrassia) et une nouvelle voiture (le WRC passe à l'ère hybride). Mais Sébastien Ogier, qui souhaitait découvrir le Championnat du Monde d'Endurance avec Toyota, n'a pas été retenu par l'équipe japonaise pour disputer la saison 2022 du WEC. Pourrait-il dès lors revenir sur sa décision et tenter d'aller égaler le record de neuf titres mondiaux de Sébastien Loeb, qui sera lui aussi au départ du Monte-Carlo avec une nouvelle monture (la Ford Puma Hybrid Rally1, ndlr) ?

"Sébastien Ogier va démarrer le Monte-Carlo, son engagement serait partiel seulement l’année prochaine, mais personne n’en sait vraiment plus, reprend l'ingénieur belge. Et lui non plus, je pense, n’en sait pas réellement plus aujourd’hui. Cela va dépendre de son implication chez Toyota en WEC. Toyota a déjà communiqué sur ses pilotes, et Sébastien Ogier n’en fait pas partie. Il va encore devoir gravir les échelons, il va essayer d’être présent au Mans, d’être en plus du simulateur sur les séances d’essais de la voiture hypercar de l’équipe Toyota... J’imagine qu’il va essayer de bien se lancer en début de saison, et en cas de victoire au Monte-Carlo, imaginons qu’il soit également en Suède, tout serait possible en cas de bon résultat dans cette deuxième course ! J’ai toujours pensé que c’était un homme de records, même s’il dit qu’il n’y fait pas attention. On pourrait le revoir un peu plus que ce qu’il n’y paraît."

WRC - Rallye de Monza 2021 : Victoire de Sébastien Ogier. 8e titre de champion du monde

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Thierry Neuville, moitié mature, moitié "chien fou"

La Hyundai i20 Coupé WRC de Thierry Neuville

Thierry Neuville, lui, n'a remporté "que" deux rallyes en 2021 avec son nouveau copilote Martijn Wydaeghe, qui a remplacé Nicolas Gilsoul dans le baquet de droite de la Hyundai i20 Coupé WRC #11 juste avant le départ du Monte-Carlo. Et pourtant, le pilote belge aux quinze victoires en WRC a disputé une de ses meilleures saisons.

"Tout le monde est tombé de sa chaise quand ils ont annoncé que le couple se séparait, se rappelle Lionel Hansen. Il n’y avait pas réellement de raisons d’imaginer cette séparation, en tout cas aussi brutale et à quelques jours seulement du Monte-Carlo. Ils avaient déjà fait ensemble les essais préparatifs, les essais d’exploitation ensemble à une semaine du rallye, et le couple s’est séparé avant même d’entamer les reconnaissances. Et puis, c’est Martijn Wydaeghe qui est monté dans la voiture. Le duo s’est formé assez rapidement, et puis il a fallu mettre tout ça dans le rythme. Il a aussi fallu que Martijn fasse quelques efforts dans sa diction, qu’il apprenne les notes de Thierry... Martijn a beaucoup travaillé : entre les notes du Monte-Carlo et celles qu’on peut retrouver à partir de la mi-saison, du Kenya, on voit que la diction, le Français, la manière de donner les notes ont beaucoup progressé."

Ensemble, les deux hommes ont d'ailleurs remporté deux des cinq dernières épreuves de la saison, en Catalogne et en Belgique.

"Pour moi, c’est une de ses meilleures saisons. Il a eu un côté mature, mais aussi un côté encore un peu "chien fou" par moments. C’est un savant mix entre les deux qui fait que, de temps en temps, il sort des chronos époustouflants que personne n’arrive à suivre, et de temps en temps, dans des spéciales plus compliquées, il arrive à passer les éléments les uns après les autres en évitant les sorties de route et les embûches, en gardant de la performance tout le temps. Il était performant, il était fiable. Au contraire de la Hyundai, qui a connu beaucoup de problèmes différents, et parfois aussi, des problèmes identiques : de démarreur, de mise au point, de moteur, de suspension... Et surtout, de gros problèmes de fiabilité, que ce soit au Kenya ou sur d’autres rallyes "terre" avec des suspensions, des bras de suspension ou des triangles cassés, ce que la concurrence n’a pas toujours rencontré. Et puis, deux petites erreurs qui lui ont coûté cher, avec deux abandons directs, ce qui n’est pas le cas de son concurrent direct, Ogier, ni d’Evans, qui en sont à une seule faute éliminatoire."

Rallye d'Ypres 2021 : Victoire de Thierry Neuville

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Rallye d'Espagne 2021 : Victoire de Thierry Neuville

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un rêve qui se réalise : Le WRC débarque en Belgique !

La Hyundai i20 Coupé WRC de Thierry Neuville dans l'épingle du Raidillon

Et puis, comment ne pas revenir sur la grande première du Championnat du Monde des Rallyes en Belgique l'été dernier. Deux journées (vendredi et samedi) du côté d'Ypres, avant le bouquet final dans la région de Spa le dimanche et la victoire de Thierry Neuville devant les tribunes bien garnies du circuit (de rallycross) de Spa-Francorchamps, au pied du Raidillon.

"Le WRC en Belgique, cela a été un vrai succès, un rêve que personne n’aurait osé imaginer !, se remémore Lionel Hansen. Moi, j’ai toujours rêvé d’un WRC à Ypres, mais personne n’aurait pu imaginer qu’un jour, cela devienne réalité. Le Covid a amené beaucoup de difficultés dans les familles, pour les gens, le sport automobile en général... Le Championnat du Monde des Rallyes a été obligé de rester en Europe (la seule exception en 2021, c'est le Kenya, ndlr). L’organisation du Rallye d’Ypres a pu se tenir "grâce" au Covid, et donc, pour ça, c’était un point positif. On a pu faire un Rallye d’Ypres un peu particulier avec les magnifiques spéciales du côté d’Ypres, et on a récupéré un ou deux chronos intéressants le dimanche et la Power Stage sur le circuit de Spa-Francorchamps qui, elle, était un petit peu moins intéressante. Mais ce rallye, et cela a été souligné par la FIA, a compté beaucoup d’engagés, et beaucoup de teams présents sur place. L’organisation a été magnifique, ils ont très bien géré les difficultés du Covid en proposant quand même un parc d’assistance semi-ouvert pour que les spectateurs puissent approcher les voitures, et puis en proposant quelques endroits où on pouvait quand même voir les voitures en spéciale. Pour moi, c’était une réussite vraiment parfaite, et puis, on y a vécu une victoire belge. Tant mieux, cocorico ! Une victoire belge à la maison, et un Rallye d’Ypres qui a vraiment relancé le championnat de Thierry."

Notre débriefing complet en vidéo, c'est sur Youtube !

Dans notre débriefing complet de cette saison du Championnat du Monde des Rallyes, que vous pouvez découvrir sur notre chaîne Youtube, nous revenons également sur les performances d’Elfyn Evans, d’Ott Tanak, d’Adrien Fourmaux, de Kalle Rovanpera, d’Oliver Solberg... et on se projette déjà vers 2022 avec de toutes nouvelles voitures, les premières WRC de l’ère hybride, que nous pourrons découvrir d’ici quelques semaines sur les spéciales du mythique Monte-Carlo !

Articles recommandés pour vous