Cyclisme

Rétro : Le jour où Boonen a écrit son tome 4 à Roubaix...

Paris-Roubaix 2012, victoire de Tom Boonen

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"Un coureur connait parfois cela dans sa carrière. Un moment où tout lui réussit. Une période durant laquelle il se sent pousser des ailes. A cette époque, Tom Boonen était si fort qu’il gagnait tout !". Des propos de Patrick Lefevere. Souvenirs du printemps 2012. L’actuel manager de l’équipe Deceuninck-Quick Step affirme même que "c’était sans doute le meilleur Boonen de sa carrière avec celui que l’on a connu en 2005".

Le 8 avril 2012, Tom Boonen se présente au départ de Paris-Roubaix avec le costume du grandissime favori. Le coureur belge a 31 ans. Il est dans la forme de sa vie et collectionne les victoires. 8 succès déjà depuis le début de saison ! Une étape au Tour de San Luis, deux étapes et le classement final du Tour du Qatar ainsi qu’une étape sur les routes de Paris-Nice. Le charismatique leader de l’équipe Omega Pharma-Quick Step a un appétit d’ogre. Il marque aussi son territoire sur les classiques flandriennes. Tom Boonen s’offre le Grand Prix de l’E3, Gand-Wevelgem et remporte pour la 3ème fois de sa carrière le Tour des Flandres. 3 victoires en l’espace de 10 jours ! Un triplé retentissant qui le propulse au rang de favori numéro 1 au moment de s’élancer sur les pavés de l’Enfer du Nord.

Attends-le ! A deux, c’est plus facile… 

"Il était confiant. Tom n’est jamais nerveux" explique Patrick Lefevere, le patron de l’équipe cycliste belge. "On a vu cette confiance sur le vélo. Quand il a attaqué à plus de 50 km de l’arrivée avec Niki Terpstra. Moi, j’étais à la fin de ce tronçon pavé et il venait de lâcher Niki. J’ai encore hurlé : "Attends-le ! A deux, c’est plus facile !" Mais il n’avait pas besoin de mes conseils".

Boonen est seul en tête de la "Reine des Classiques" à plus de 50 bornes du vélodrome ! Cela ne lui ressemble pas. Pourquoi attaque-t-il si tôt ? Si loin de l’arrivée ? Le Belge ne sent pas les pédales. Le triple vainqueur de Paris-Roubaix se lance dans une folle chevauchée en solitaire.

"C’était fou !" se souvient Patrick Lefevere. "Comme l’exploit réalisé par Philippe Gilbert au Tour des Flandres 2017. Mais c’est ça que le public aime. Voir leur héros faire quelque chose qu’il ne fait pas normalement. Voir ce qu’un coureur normal n’est pas capable de faire. Et c’est ce qui fait la différence entre un coureur normal et un champion".

C’était un peu le Wolfpack avant l’heure 

Et ce jour-là, le champion belge a rendez-vous avec l’histoire. Tom Boonen écrit sa légende sur les pavés. Au départ à Compiègne, Boonen peut compter sur ses fidèles lieutenants. Vandenbergh, Chavanel, Terpstra ou encore Steegmans… la formation Omega Pharma-Quick Step a des allures de Dream Team.

"Je pense que c’était un peu le Wolfpack avant l’heure" analyse Patrick Lefevere. "Le concept n’était pas encore né. On n’avait pas encore commencé à utiliser ce nom-là, mais l’ambiance était pareille. Tous mes coureurs étaient capables de gagner de grandes courses, mais ils avaient très bien compris qu’en unissant leur force, ils étaient presque imbattables".

Dans le plan établi, Guillaume Van Keirsbulck est envoyé en éclaireur. Le Flandrien se glisse dans l’échappée matinale mais dans la Trouée d’Arenberg, il est pris dans une chute. Le peloton se rapproche. Plus que 2 minutes de retard sur les fuyards. Moment choisi par le champion de France, Sylvain Chavanel pour dynamiter la course.

"C’était le but de notre équipe" rappelle le manager belge. "Nous avions des grands moteurs avec Van Keirsbulck, Chavanel et Terpstra. Ils aimaient faire exploser la course de loin et faire souffrir les autres. Surtout dans les moments où on s’y attend le moins. Et ce jour-là, tout s’est parfaitement déroulé".

Il a fait un numéro historique

A l’époque, les rivaux de Boonen se nomment Ballan, Pozzato et Hushovd (Fabian Cancellara est absent... Le Suisse s’est brisé la clavicule une semaine plus tôt au Tour des Flandres), mais le Belge sait que le danger peut aussi venir de sa propre équipe vu la qualité de l’effectif chez Omega Pharma-Quick Step.

"Il ne voulait prendre aucun risque" raconte Patrick Lefevere. "Vu la force de l’équipe, Tom ne voulait pas être dans une situation où il devait faire le domestique pour un autre équipier. Mais il était tellement fort qu’il a fait un numéro historique".

53 km d’échappée en solitaire. Boonen seul contre tous. Une véritable démonstration. Le Belge enchaîne les secteurs pavés à un rythme effréné. Il roule vers un quadruplé inédit. S’imposer à Roubaix après avoir remporté l’E3, Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres. C’est aussi le quadruplé du record ! Un record égalé. Tom Boonen arrive seul sur le vélodrome. La clameur retentit. Tom Boonen peut savourer. Il égale le record de Roger De Vlaeminck, "Monsieur Paris-Roubaix".

Patrick, s’il te plaît… Je peux rentrer à la maison ?

"Quand il a franchi la ligne, il est tout de suite venu vers moi" explique Patrick Lefevere. "Je ne l’avais jamais vu si fatigué. Il était en larmes, mais il était aussi tellement fier du numéro qu’il venait de réaliser".

Une fierté légitime pour Tom Boonen qui a été au bout de lui-même. A tel point que le soir venu, il n’avait plus la force de… fêter sa 4ème victoire à Roubaix.

"Le soir, on voulait absolument faire une petite fête dans un restaurant à Gand" sourit Patrick Lefevere. "Tom nous a rejoint… Il a bu 2 coupes de champagne et on l’a vu "fondre" (rires). Je ne l’avais jamais vu comme ça. Il m’a supplié : "Patrick, s’il te plait… Je peux rentrer à la maison. Je suis tellement fatigué". J’ai alors demandé à notre directeur sportif, Wilfried Peeters de le ramener chez lui comme il était son voisin. Wilfried l’a raccompagné et nous avons un peu fait la fête sans Tom…".

Un repos bien mérité pour Tom Boonen qui devient ce jour-là l’égal de Roger de Vlaeminck. Avec 4 succès, les 2 Belges se partagent le record de victoires à Roubaix. Mais comme le souligne son ancien boss, Patrick Lefevere : "Avec 5 succès à Harelbeke, 3 Tour des Flandres et 4 Paris-Roubaix, on peut sans doute dire que Tom Boonen est le maillot jaune absolu des courses pavées".

Ce dimanche 12 avril, la rédaction des sports de la RTBF vous propose de revivre cet exploit de Tom Boonen lors de Paris-Roubaix 2012. Rendez-vous sur La Une à 14h10 pour un replay en compagnie de Rodrigo Beenkens, Cédric Vasseur et les commentaires inédits de Patrick Lefevere.

Articles recommandés pour vous