Monde

RDC: le mandat de cinq députés, dont l'opposant Félix Tshisekedi, invalidés

RDC: le mandat de cinq députés, dont l'opposant Félix Tshisekedi, invalidés
16 juin 2013 à 14:13Temps de lecture2 min
Par Belga News

L'invalidation du mandat de Félix Tshisekedi, de l'opposant emprisonné Eugène Diomi Ndongala, de l'ancien ministre Antipas Mbusa Nyamuisi passé à l'opposition, de Claude Iringa et de Jean Maweja est intervenue après un débat houleux entre les députés présents au dernier jour de la session plénière entamée en mars.

"Il y a des députés qui ne se sont jamais présentés depuis le début de cette législature (après les élections de novembre 2011, ndlr), mais curieusement leurs noms ne sont pas cités", a dénoncé le député d'opposition Grégoire Kiro.

"Ce rapport (présenté par la commission Politique, administrative et juridique de l'Assemblée) est incomplet mais également tendancieux parce qu'on a l'impression que pour être éligible à l'invalidation, il faut être soit de l'opposition, soit avoir la malchance de ne pas appartenir dans l'un ou l'autre camp", a ajouté M. Kiro au micro de Radio Okapi, parrainée par l'ONU.

D'autres députés par contre tenaient à en finir avec leurs collègues absentéistes.

"Nous avons été élus pour siéger dans cet hémicycle. Je suis surpris que nous puissions défendre des collègues qui ne viennent jamais ici et qui ont décidé eux-mêmes de boycotter nos séances. Ils se sont auto-exclus. Nous ne faisons que remarquer leur auto-exclusion", a rétorqué le député de la Majorité présidentielle (MP), Valentin Senga.

Alexis Mutanda, dont le nom figurait sur la liste des députés à invalider, a été sauvé pour avoir justifié son absence par des raisons de santé.

Felix Tshisekedi a été élu député pour le compte de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), le parti d'opposition dirigée par son père, Etienne Tshisekedi, qui conteste la validité des scrutins du 18 novembre 2011. Il ne siège dès lors pas à l'Assemblée nationale.

Quant à Eugène Diomi Ndongala, il est emprisonné depuis le 9 avril dernier sous l'accusation de viol sur deux filles mineures. Il est le porte-parole de la Majorité présidentielle populaire (MPP), la plate-forme de soutien à Etienne Tshisekedi.

Antipas Mbusa Nyamuisi, un ancien rebelle devenu ministre des Affaires étrangères du président Joseph Kabila, a lui aussi changé de camp. Il a ainsi participé, mais du côté de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), aux pourparlers en cours à Kampala (Ouganda) entre le gouvernement de Kinshasa et cette rébellion.

En janvier, l'Assemblé nationale avait déjà invalidé le mandat du député d'opposition Roger Lumbala, après qu'il eur rallié le camp du M23, qui occupe une partie de la province du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo).

Belga

Sur le même sujet

L'opposant Etienne Tshisekedi vers Bruxelles à bord d'un avion médicalisé

Monde