Rainbow Warrior: les excuses n'exonèrent pas les responsables

Rainbow Warrior: les excuses n'exonèrent pas les responsables
07 sept. 2015 à 05:46Temps de lecture1 min
Par Belga

Les excuses présentées par l'agent français qui a coulé le Rainbow Warrior en 1985 ne l'exonèrent ni lui ni les autorités françaises de leur responsabilité dans la mort d'un photographe portugais, a réagi lundi le capitaine américain du bateau.

Dans une interview diffusée dimanche par le site d'informations français Mediapart, le colonel Jean-Luc Kister a présenté ses excuses pour l'opération menée par les services secrets français contre un bateau de Greenpeace, dans laquelle un photographe de l'ONG, Fernando Pereira, avait été tué le 10 juillet 1985 à Auckland.

J'espère qu'elles lui permettront de mieux dormir

Pete Willcox, le capitaine du chalutier reconverti par l'association écologiste pour perturber les essais nucléaires dans le Pacifique, a dit accepter les excuses de l'ancien agent. Mais celles-ci n'excusent pas tout, justement, a-t-il dit. "J'accepte ces excuses, je les pense sincères. (...) J'espère qu'elles lui permettront de mieux dormir et de vivre sa vie", a-t-il déclaré à Radio New Zealand. "Mais cela n'enlève rien au fait que lui et ses amis, le président d'alors, (François) Mitterrand, et tous ceux qui faisaient partie de cette équipe, qui ont préparé et mené cette opération, sont des meurtriers, et cela doit être dit".

"Trente ans après les événements, avec les passions qui se sont apaisées, et aussi le recul que j'ai par rapport à ma vie professionnelle, j'ai pensé que c'était une occasion pour moi d'exprimer à la fois mes profonds regrets et mes excuses", a dit l'ancien nageur de combat, interrogé par le fondateur du site d'information Mediapart, Edwy Plenel.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous