RTBFPasser au contenu
Rechercher

Basket NBA

Qui est Brittney Griner, cette star du basket américain condamnée à 9 ans de prison en Russie ?

Une basketteuse américaine condamnée en Russie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 août 2022 à 09:35 - mise à jour 05 août 2022 à 09:54Temps de lecture3 min
Par Jérôme Jordens

Brittney Griner, ce nom est souvent revenu dans l’actualité ces dernières semaines. La basketteuse américaine, arrêtée en Russie pour possession de drogue, vient d’être sanctionnée de neuf années de prison par un tribunal russe pour trafic de drogue.

Une peine qui passe mal aux États-Unis où de nombreuses personnalités ont appelé à sa libération, du président américain Joe Biden à ses équipières chez les Phoenix Mercury en passant par la commissaire de la Ligue WNBA, Cathy Engelbert.

Mais qui est donc Brittney Griner ?

Une des meilleures pivots de la WNBA

Brittney Griner, avant d’être prise dans cette affaire de stupéfiants, c’est avant tout une joueuse de basket. Et même une des meilleures pivots que la WNBA, la ligue américaine de basket, ait connue.

Il suffit de voir le palmarès de l’Américaine de 2m06. En termes de titres collectifs, c’est un titre de championne WNBA (2014), cinq titres de championne de Russie (2016, 2017, 2018, 2019, 2020) et quatre Euroleague remportées (2016, 2018, 2019, 2021). Avec les Etats-Unis, c’est également une médaille d’or aux championnats du monde 2014 et 2018 ainsi que deux médailles d’or aux Jeux Olympiques (Rio 2016 et Tokyo 2020). On avait d’ailleurs pu voir la pivot, numéro 15 dans le dos, à l’oeuvre face à nos Belgian Cats lors des JO de Tokyo l’année dernière.

A côté de cela, Griner collectionne également les récompenses individuelles. Présente dans la WNBA All-Rookie Team 2013 pour sa première année en WNBA, elle sera ensuite sélectionnée pour cinq All-Star Game : 2014, 2015, 2017, 2018 et 2019. Meilleure défenseure de la saison WNBA en 2014, elle fait également partie du Meilleur cinq WNBA cette saison-là. Trois fois dans le meilleur cinq défensif (2014, 2015, 2018) et deux fois dans le second meilleur cinq défensif (2016, 2017), elle a également été deux fois dans le second meilleur cinq de la WNBA (2017, 2018). En Europe, elle a également raflé de nombreux prix en remportant trois fois le titre de MVP du championnat russe et une fois celui de MVP du Final Four d’Euroleague.

Des titres et des distinctions qui sont la preuve de la grande carrière de Griner, qui, a 31 ans, continuait de faire le show. Il faut dire que l’Américaine est une défenseure hors pair. Elle détient d’ailleurs le record de contres sur un match (11) et sur une saison (129) en WNBA. Elle joue également un rôle clé dans le titre des Phoenix Mercury en réalisant 8 contres dont 5 dans le premier quart-temps lors du premier match des finales face à Chicago. Une performance extraordinaire puisque c’est le record du plus grand nombre de contres dans un match des finales WNBA et dans un quart-temps d’un match des finales WNBA.

Offensivement, Griner sait également faire le ménage. Profitant de sa taille, elle est une des seules joueuses à être capable de dunker. Lors du premier match des championnats du monde 2014 face à la Chine, elle devient d’ailleurs la première femme à inscrire un dunk dans un championnat du monde féminin.

La Russie, terre de beaucoup de ses exploits

Mais si Grinner a brillé sur son sol américain, la Russie, où elle vient d’être sanctionnée à neuf ans de prison, a également été son terrain de jeu. Car si elle a toujours joué en WNBA, la saison du championnat américain ne déroule que sur quatre petits mois, de mai à août. La plupart des joueuses de haut niveau combine donc celle-ci avec une saison dans un autre championnat, souvent européen, comme le font par exemple les Cats Emma Meesseman et Julie Allemand.

Et en Europe, la pivot joue depuis 2015 pour l’UMCC Ekaterinburg, un club russe qui a souvent brillé sur la scène européenne et avec lequel elle a donc remporté quatre Euroleague. Un club dans lequel elle joue avec Emma Meesseman, également arrivée lors de la saison 2015-2016.

La Belge a d’ailleurs elle aussi soutenu sa partenaire de club à travers un post sur Instagram : "Comme Brittney Griner, j’ai joué de nombreuses années en Russie. Nous avons gagné plusieurs championnats ensemble et quatre titres d’Euroleague. J’ai d’excellents souvenirs de cette période à Ekaterinburg et j’espère que par respect pour le caractère sacré du sport et dans l’espoir que cette situation sera résolue et que la Russie pourra redevenir une destination où les joueurs internationaux peuvent se faire la compétition. Mais aussi que la Russie montrera de la compassion envers BG, notre amie".

La condamnation à neuf ans de prison de Griner risque en tout cas de laisser des traces en WNBA et dans tous les États-Unis. "Un verdict inacceptable" pour Joe Biden qui demande à "la Russie de la libérer immédiatement" comme il l'a déclaré à l'AFP, mais aussi et surtout une structure démobilisée, celle des Phoenix Mercury, qui a le "cœur brisé". "Nous ne permettrons pas qu’elle soit oubliée", a conclu la franchise de l’Arizona.

Loading...

Sur le même sujet

La star américaine du basket féminin Brittney Griner va-t-elle être libérée par la Russie ? L’ex-diplomate Bill Richardson est optimiste

Monde

Guerre en Ukraine : Lavrov prêt à discuter d’un échange de prisonniers impliquant la basketteuse US Brittney Griner

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous