Quelque 3500 personnes manifestent à Bruxelles en solidarité avec le peuple grec

Quelque 3500 personnes manifestent à Bruxelles en solidarité avec le peuple grec

Quelque 3500 personnes ont participé dimanche après-midi à une manifestation de solidarité avec la population grecque, selon les chiffres de la police. Les manifestants estiment que les conditions imposées à la Grèce par ses créanciers sont intenables et injustes. La manifestation voulait aussi remettre en cause les politiques d'économies et d'austérité.

"La Grèce est la meilleure preuve que les politiques d'austérité ne sont pas une solution", affirmaient des manifestants. "Six ans de coupes budgétaires et de manque d'investissements dans les services publics ont eu pour seules conséquences une diminution de 25% du PIB par rapport à 2010, une explosion de la pauvreté et un taux de chômage de 26%. Renforcer les mesures d'économie et appliquer plus de recettes néolibérales n'auront pour effet que plus de chômage et plus de pauvreté."

Selon les manifestants, les prêts accordés à la Grèce ces cinq dernières années n'auraient pas eu pour but d'aider l'économie grecque mais bien de sauver des banques, principalement allemandes et françaises, qui avaient prêté de l'argent à des banques grecques. "Ces dettes ont été transmises aux autorités et au peuple grecs. La Grèce a désormais besoin de relancer son économie via des investissements publics, de réaliser un audit de sa dette et de faire annuler la part illégitime de sa dette."

La situation de la Grèce devient tendue, alors que le pays est censé rembourser 1,5 milliard d'euros au FMI le 30 juin et que les négociations avec ses créanciers en vue de débloquer une tranche d'aide de 7,2 milliards d'euros ont patiné depuis fin février. Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des 29 Etats membres de l'UE a été convoqué en urgence pour lundi soir afin de dégager un accord sur le fil.

Manisfestation de soutien à la Grèce

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

"Hors de l'euro, la Grèce pourrait sombrer dans la guerre civile"