Icône représentant un article video.

Les Mythes de l'actu

Pygmalion et Galatée, du mythe à l’effet

Les Mythes de l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

11 août 2022 à 06:42Temps de lecture3 min
Par Céline Dekock d'après la chronique de Pascale Seys

L’histoire d’un peintre amoureux de son modèle, d’un professeur amoureux de son élève, d’un n’importe qui inspiré par un mentor est universelle. Quelle que soit sa déclinaison, elle raconte le lien fondateur, puissant, parfois formateur, parfois dominateur aussi, qui unit un meneur à un emmené. Mais est-il légitime de façonner quelqu’un quitte à le faire devenir autre que ce qu’il est, pour qu’il corresponde à notre envie ? Ces questionnements trouvent leurs origines dans le mythe de Pygmalion et de Galatée.

Façonner un être parfait à ses yeux, voilà ce que fit Pygmalion, le roi de Chypre descendant d’Athéna et d’Héphaïstos. Dans le livre X de ses Métamorphoses, Ovide raconte l’histoire de Pygmalion, roi de Chypre et par ailleurs sculpteur, qui était en lutte contre une pratique barbare très en vogue sur son île. Pygmalion se tient loin de celles qu’on appelle les Propétides, des prostituées cannibales qui mangent la chair des hommes en plein orgasme.

Pygmalion et Galatée, peinture de Jean-Leon Gerome

Reclus dans son atelier, Pygmalion sculpte une stature d’ivoire qu’il veut voir rivaliser en beauté et en vertu avec l’impiété des Propétides. De ses mains de sculpteur éclos une jeune femme, à la beauté tellement éblouissante que Pygmalion en tombe immédiatement amoureux. Il la contemple, l’embrasse, la caresse et lui donne un nom, Galatée. Pygmalion se languit d’amour pour cette création qui reste aussi inerte que le matériau dans lequel elle est emprisonnée. Pygmalion demande alors de l’aide à la déesse Aphrodite en la suppliant de donner vie à Galatée, ce que la déesse accepte. La statue s’anime et l’amour triomphe entre l’artiste et son modèle.

Les psychologues Rosenthal et Jacobson ont baptisé "Effet Pygmalion" une étude scientifique basée sur un principe déjà mis en évidence par Françoise Dolto : le simple fait de croire en la réussite de quelqu’un améliore considérablement ses probabilités de succès, l’inverse étant vrai également.

Sur le même sujet

La Solastalgie, du mythique âge d’or grec à l’éco-anxiété

Les Mythes de l'actu

L’archéologie musicale, redonner vie aux paysages sonores de l’Antiquité grecque

Journal du classique

Articles recommandés pour vous