RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Prison de Forest: les services d'aide aux détenus empêchés de faire leur travail

Six semaines déjà que les services d'aide aux détenus sont bloqués aux grilles de la prison de Forest
24 avr. 2012 à 10:48Temps de lecture2 min
Par RTBF

Six semaines déjà que les services d'aide aux détenus sont bloqués aux grilles de la prison de Forest, avec pour conséquence qu’il n’y a plus de suivis psychosociaux, de formations ou d'activités socio-culturelles pour les quelques 700 personnes incarcérées. Benoît Englebert, président de la Fédération Bruxelloise des Institutions pour Détenus, déclare : "On comprend tout à fait les préoccupations de surpopulation et les problèmes de vétusté des bâtiments, mais par rapport à cette situation, nous sommes pris en otage. Ce n’est pas nous, en tant que centre d’aide aux personnes et en tant que service extérieur, qui allons pouvoir changer quelque chose à cette situation. On regrette très fort le manque de concertation avec les agents pénitentiaires et il faudrait d’ailleurs une bonne concertation avec les agents, les syndicats et les services d’aide aux personnes."

Plus fondamentalement, ces services d'aide déplorent le manque de considération accordée par les autres acteurs du monde carcéral. Alain Wiame, directeur du service d'aide sociale Bruxelles 1, déplore : "On a vraiment le sentiment que tout un pan du secteur de l’aide aux justiciables, d’une manière globale, passe systématiquement à la trappe quand il s’agit d’informations ou de revendications. Parce qu’aujourd’hui, c’est tout pour le sécuritaire. La majeure partie du public ne comprend pas qu’un détenu puisse être aidé."

Même s’ils sont peu reconnus par la justice et pas très bien compris du grand public, les services d’aide ont une mission essentielle dans les prisons. Cécile Plas est directrice du service d'aide sociale aux détenus Bruxelles 2. Elle explique : "nous sommes empêchés, encore aujourd’hui, de remplir nos missions alors que nous avons vraiment une fonction de régulation en matière de tensions dans les prisons. Notre place est donc un enjeu important pour les agents pénitentiaires afin de pouvoir assurer plus de sécurité. On comprend leur question par rapport aux difficultés de sécurité en lien avec la surpopulation, mais il se fait que nos actions peuvent aider et amener plus de sécurité. Notre rôle est donc primordial."

Les services d'aide aux détenus attendent d'être davantage reconnus. Des textes sont en préparation. Mais comme c'est une matière qui touche à la fois le fédéral et les communautés, une concertation entre les deux entités doit encore avoir lieu.

Pierre Vandenbulcke

Sur le même sujet

Prisons: les syndicats couvrent les mouvements de grève dès lundi

Belgique

Le président du Conseil central de surveillance des prisons démissionne

Articles recommandés pour vous