Regions Liège

Plus exposée que d'autres à la délinquance sociale, la région liégeoise ? Une analyse dans Liège en Prime

Liège en Prime: Christian Gaber

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 juin 2022 à 22:00 - mise à jour 06 juin 2022 à 06:16Temps de lecture1 min
Par Michel Grétry

La région liégeoise appuie son redéploiement économique sur la logistique, mais le secteur du transport routier est marqué par plusieurs fraudes retentissantes, avec des camionneurs venus de l’est, et des firmes boîtes aux lettres. Les grands chantiers de construction se multiplient dans l’agglomération, et les pourvoyeurs de main-d’œuvre importent des ouvriers brésiliens, faussement portugais. Alors, quelles sont les priorités de la justice face à ces délinquances sociales ? Quelles sont les objectifs, les moyens, les résultats de l’Auditorat du Travail ? Le magistrat Christian Gaber dresse un état des lieux pour "Liège en Prime".

Sa première préoccupation, ce sont les atteintes aux personnes, la sécurité au travail, les accidents graves. Mais la protection des rémunérations fait partie également de ses principaux points d’attention préoccupations, comme les conditions d’exploitation de personnels clandestins, par exemple. Et cette politique répressive porte ses fruits. Les dossiers qui arrivent devant un tribunal correctionnel ne se comptent plus, qu’il s’agisse d’un bistrot du Carré qui emploie des serveurs au noir, d’une société de taxis qui ne déclare pas toutes les heures de ses chauffeurs, d’une firme de poids lourds qui élude les cotisations à la sécu, à chaque fois, s’il y a condamnation et qu’il y a eu confiscation en cours de procédure, les sommes récupérées sont rondelettes. Même si la ligne de conduite, c’est d’abord d’obtenir la régularisation de situations infractionnelles, sans nécessairement passer par un procès. C’est le cas, notamment, pour le harcèlement moral. Un tableau tout en nuances...

Articles recommandés pour vous