Economie

Pic de chaleur et pénurie d'électricité : la Belgique sauve Londres du black-out

25 juil. 2022 à 16:52 - mise à jour 26 juil. 2022 à 09:13Temps de lecture1 min
Par Himad Messoudi, avec Belga

Mercredi 20 juillet dernier, au lendemain de la journée la plus chaude jamais enregistrée au Royaume-Uni, certains quartiers de Londres ont échappé de justesse au black-out, notamment grâce au câble sous-marin Nemo Link relié à la Belgique, selon un éditorialiste et expert des questions d'énergie de l'agence de presse Bloomberg. Les Britanniques ont cependant dû débourser 9.724,54 livres (équivalent à environ 11.424,9 euros) par mégawattheure pour avoir accès à cette énergie, soit environ 5.000 % de plus qu'en temps normal, c'est un record.

Concrètement, la demande croissante d'électricité s'est heurtée à un goulet d'étranglement sur le réseau électrique britannique, menaçant de priver d'électricité les parties est de la capitale britannique. 

Londres a dû importer de l'électricité entre 12h00 et 13h00.

"Si la Belgique n'était pas venue à la rescousse, le gestionnaire du réseau aurait été obligé de gérer la demande et de déconnecter des foyers", a déclaré un porte-parole du réseau britannique.

Elia à la rescousse

Ce câble sous-marin Nemo Link est propriété d'Elia, le gestionnaire de réseau belge, et de son homologue britannique National Grid. Contacté par nos soins, Elia confirme bien avoir envoyé l'équivalent de la consommation d'une ville d'environ d'un million d'habitants, pendant une heure, mercredi dernier.

Sur le même sujet

Record d’impayés de factures d’électricité au Royaume-Uni : 1,3 milliard de livres

Monde Europe

Défense : les dépôts de munitions sont construits comme des igloos pour éviter tout incendie

Belgique

Articles recommandés pour vous