Pénurie de personnel due au coronavirus : syndicats et employeurs vont négocier pour plus de flexibilité

12 janv. 2022 à 12:02Temps de lecture1 min
Par Belga
Face au manque de personnel provoqué par la vague d'Omicron, syndicats et employeurs, réunis au sein du Groupe des 10, veulent négocier des mesures de "flexibilité exceptionnelle".

Les deux parties se réuniront dans les prochains jours, l'objectif étant de parvenir à un accord d'ici samedi, souffle-t-on.

Le patronat fait pression, d'une part, pour assouplir le système des heures supplémentaires des personnes déjà actives au sein des entreprises, mais il veut également drainer plus de personnel, avec en ligne de mire des contrats temporaires, les étudiants mais aussi les retraités.

De leur côté, les syndicats sont disposés à accepter davantage de flexibilité à condition qu'elle soit temporaire, proportionnelle et conditionnelle. "Pas question de prester des heures supplémentaires partout, si cela ne s'avère pas nécessaire", insistent-ils. 

Une question devrait, notamment, agiter les débats en toile de fond: cette flexibilité supplémentaire se limitera-t-elle ou non aux secteurs essentiels? Réponse attendue d'ici la fin de la semaine.

Absentéisme dans les écoles (JT du 19 octobre)

Covid : fort taux d'absentéisme dans certaines écoles

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Travail étudiant, CDD et interruptions de congé : assouplissements en vue pour parer aux pénuries de personnel

Politique

Coronavirus en Norvège : Omicron réduirait de 69% les risques d'hospitalisation, selon les autorités

Coronavirus

Articles recommandés pour vous