Icône représentant un article audio.

Chronique Économique

Pénurie de personnel dans l’Horeca en Belgique : une bulle comme en Bourse ?

Chronique Economique

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La Chronique Economique, en semaine à 8h30 et 17h30 sur Classic 21

Je suis assez souvent au restaurant, et j’ai remarqué, comme la plupart d’entre vous, j’imagine, que le service s’est dégradé. Non seulement le personnel habituel n’est plus là, mais il y a beaucoup de nouvelles têtes très souvent inexpérimentées.

Le secteur de la restauration est en crise. En Belgique, tous les patrons d’établissements crient au secours, ils n’arrivent plus à recruter des personnes motivées. Et lorsqu’ils organisent des entretiens de recrutement, moins de 10% des personnes contactées viennent se présenter. Les patrons les plus virulents disent que le Belge et singulièrement les plus jeunes ne veulent plus travailler. D’autres estiment que le COVID a été un déclencheur : il a permis aux salariés du secteur de voir que la restauration avec ses horaires coupés n’était pas l’idéal pour avoir un équilibre vie privée - vie professionnelle. L’argument est aussi valable dans le secteur de l’hôtellerie bien entendu.

Mais plus globalement, ce que j’entends souvent, que ce soit auprès des patrons de grandes entreprises, de petites PME ou même de la part des politiques, c’est que le travail en soi n’est plus une motivation. Ce n’est plus un horizon désiré. Le citoyen chercherait à donner du sens à sa vie ailleurs qu’au boulot. Le mot carrière n’aurait donc plus la cote auprès des citoyens et des plus jeunes. Bref, nous serions entrés dans un Nouveau Monde où ce sont ces jeunes qui dictent leurs conditions aux employeurs. C’est déjà un peu le cas, les salaires sont plutôt en hausse même sans l’inflation, sans quoi il est impossible de trouver des candidats. Et la guerre des talents est une expression qu’on entend souvent en entreprise pour qualifier la situation actuelle…

Sur le même sujet

Legoland ou l’ego land ?

Chronique Économique

Restons optimistes

Chronique Économique

Articles recommandés pour vous