Monde

Pâques : quel est le sens de cette fête chrétienne qualifiée ce dimanche de "Pâques de guerre"

"L'incrédulité de Saint-Thomas", peint par Le Caravage vers 1603.
17 avr. 2022 à 05:00 - mise à jour 17 avr. 2022 à 11:04Temps de lecture2 min
Par Africa Gordillo

Avant d'être associées au printemps dans les dénominations officielles, les vacances étaient celles de Pâques en Belgique, pays de tradition judéo-chrétienne. Pâques est une fête importante pour les chrétiens puisqu'elle commémore la résurrection de Jésus dans le christianisme, véritable acte de foi pour les croyants. Elle est par ailleurs héritée de la Pâque juive

La Pâques chrétienne est célébrée ce dimanche 17 avril, avec la guerre en Ukraine en toile de fond, ou plutôt toutes les guerres comme l'a souligné le Pape François vendredi soir avant le chemin de croix au Colisée à Rome en déclarant que "la guerre est partout".

Une période minutieusement balisée

Le dimanche de la Pâques chrétienne est précédé du Carême, soit une période de quarante jours qui débute le mercredi des cendres (le lendemain du mardi gras). Cette période représente les jours que Jésus a passés dans le désert de Judée et sont en principe dédiés au jeûne et à la prière.

La dernière semaine du Carême, celle avant le dimanche de Pâques, est la semaine sainte, elle-même balisée par plusieurs moments importants comme le Jeudi Saint où le Christ prit son dernier repas avec les apôtres. 

De Giotto à De Vinci

Ce repas a été maintes fois représenté par les plus grands artistes au premier rang desquels Leonard de Vinci avec son "Ultima Cena", la Dernière Cène, peinture murale réalisée à la fin du XVe siècle dans le réfectoire du couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan. Bien d'autres artistes ayant marqué la peinture religieuse voire la peinture tout court ont représenté la dernière Cène, tels Giotto, bien avant de Vinci, ou encore Martin Schongauer.

Peintures, fresques, voire plus récemment cinéma…tous les moments forts de la semaine sainte ont tous été immortalisés. Il est en est ainsi pour le Vendredi Saint, celui de la "Passion du Christ", autrement dit sa crucifixion. Quant à la Pâques elle-même, c'est "le troisième jour" c'est-à-dire le jour de la résurrection du Christ, soit sa renaissance, son retour d'entre les morts. 

Après la messe du dimanche de Pâques, le pape François a donné sa bénédiction "Urbi et Orbi", à la ville et au monde, autrement dit la bénédiction la plus solennelle de l'Église catholique réservée aux grands temps forts du calendrier chrétien. Le souverain pontife a appelé "ceux qui ont la responsabilité des Nations" à "entendre le cri de paix des gens" en cette "Pâques de guerre", en évoquant l'Ukraine "martyrisée".

"Nous avons vu trop de sang, trop de violence [...] Que l'on arrête de montrer les muscles pendant que les gens souffrent", a lancé le souverain pontife lors de sa traditionnelle bénédiction "Urbi et Orbi", devant quelque 50.000 fidèles sur la place Saint-Pierre à Rome.

Sur le même sujet

Israël en état d’alerte : à la veille de Pâques catholique et juive, la tension est extrême

Monde

Guerre en Ukraine : le pape François en appelle à une "trêve de Pâques" pour "arriver à la paix"

Monde

Articles recommandés pour vous