Jam

Panda Bear & Sonic Boom : psyché-thérapie

Panda Bear et Sonic Boom dans les couloirs du rock psychédélique.
13 août 2022 à 10:53Temps de lecture3 min
Par Nicolas Alsteen

Voix chorale d’Animal Collective, Panda Bear s’associe au producteur Sonic Boom, architecte du groupe Spacemen 3 et ingé-son de disques hallucinogènes pour MGMT, Beach House ou Moon Duo. Réunis sur un même album, les deux zozos reconstituent à présent la ligne du temps du rock psychédélique. Effets secondaires garantis.

Annoncée pour le 18 novembre sur des supports physiques de toutes les couleurs, la collaboration entre Panda Bear et Sonic Boom est déjà disponible en version numérique. De quoi goûter aux saveurs psychédéliques concoctées par ces deux chefs cuisiniers qui, l’air de rien, rassemblent tous les ingrédients propices aux hallucinations collectives. Baptisé "Reset", l’album proposé par le duo relance avec à-propos la machine à remonter le temps. Ici, chaque morceau tisse des liens fluorescents entre des décennies lointaines. Des époques différentes, mais toutes portées par un désir commun : triper sur des sons bien perchés, le plus souvent piochés dans d’autres dimensions.

Loading...

Petit Panda Bear

À l’heure où le monde basculait dans le nouveau millénaire, Noah Lennox s’est métamorphosé en Panda Bear. C’est sous ce nom de scène soyeux que l’artiste américain a réinventé les formules du psychédélisme aux côtés de ses potes d’Animal Collective. Apparu à Baltimore, célébré à New York, le groupe a illuminé le monde de ses trouvailles ultra pop et, pourtant, bien expérimentales. Au-delà des attentes, toujours ailleurs, la formation a servi des albums incontournables ("Sung Tongs", "Feel", "Reset", "Merriweather Post Pavilion") et ouvert des voies royales pour Caribou, MGMT, Mac DeMarco ou Tame Impala. À l’écart de son groupe de joyeux futuristes, Panda Bear n’a pas chômé, empilant quelques disques essentiels en solo ("Person Pitch") et croisant la route d’un de ses héros : le redoutable Sonic Boom.

Loading...

Super Sonic

Dans une galaxie lointaine, Sonic Boom a créé Spacemen 3, un groupe charnière. Culte de chez culte. Alors que Michael Jackson se préparait à sortir l’album "Thriller" et que Margaret Thatcher squattait le 10 Downing Street à Londres, Peter Kember (aka Sonic Boom) explorait le passé du rock psychédélique pour mieux préparer le futur. Épaulé par son pote Jason Pierce (futur Spiritualized), Sonic Boom charge le calumet avec un tas de matières inflammables. Shoegazing, post-punk, garage rock, drones, space-rock et toutes sortes de drogues synthétiques percolent alors sous le capot de Spacemen 3. Modèle de référence pour les futures stars du rock britannique et américain, ce groupe né dans la campagne anglaise va compter, comme jamais, dans la vie de projets aussi variés que Sonic Youth, Black Rebel Motor Cycle Club, Tame Impala, The Limiñanas ou… Animal Collective.

Loading...

Portugal. The Men

Depuis son escapade psychédélique avec Spacemen 3, Sonic Boom a connu mille vies, en tant que musicien, mais aussi - et surtout - en tant que producteur pour des fans devenus grands (MGMT, Beach House, Panda Bear, Moon Duo…). En quête de paix et d’exotisme, Sonic Boom met finalement le cap sur le Portugal. L’Anglais part là-bas sur les conseils de son ami Panda Bear, pour qui il a produit deux disques. L’Animal Collective a, lui aussi, quitté New York pour la quiétude portugaise. Les deux exilés musicaux se retrouvent ainsi sous le soleil méditerranéen avec leurs collections de vinyles et du temps à tuer. Au bord de la mer, pépouzes, ils font chauffer la platine avec des disques de doo-wop, de free jazz, de blues, mais aussi de vieux brols, bien rock’n’roll. Sur la même longueur d’onde, dans le même pays, Panda Bear et Sonic Boom décident alors d’enregistrer un album ensemble.

Loading...

Reset, Restart

Partis de leurs morceaux favoris, les deux associés transforment la matière première pour donner vie à de nouveaux produits dopants : neuf morceaux phosphorescents et éthérés, traversés de clochettes et de synthés. Condensé des influences de Panda Bear et Sonic Boom, l’album "Reset" est surtout une fameuse capsule atemporelle : une plaque-tournante des matières psychédéliques disponibles sur le marché depuis près de 60 piges. Sous les compos esquissées par le duo, il y a des clins d’œil aux plages idylliques des Beach Boys ("Edge of the Edge"), mais aussi des pulsations chiptune, directement importées des prémices du gaming. La mélodie de "Everything’s Been Leading To This", par exemple, s’apparente à la bande-son d’un Super Mario en pleine montée d’acide dans un passage secret. Des champignons, des pièces d’or et, partout, des carapaces qui rebondissent dans les couloirs du rock psychédélique. Sur la longueur, "Reset" n’est peut-être pas irréprochable, mais toujours pertinent : il offre un arc-en-ciel de sons démentiels. Et c’est bien là l’essentiel.

Sur le même sujet

Hot Chip : Toujours hot ?

Jam

Jaguar Sun : la dreampop comme on l’aime

Jam

Articles recommandés pour vous