Monde

Palestiniens: Mahmoud Abbas rassure Israël, le Hamas hausse le ton

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le chef du Hamas, Khaled Mechaal, le 21 décembre 2011 au Caire. Image transmise par le service presse du Hamas.
18 févr. 2012 à 20:50 - mise à jour 19 févr. 2012 à 07:06Temps de lecture2 min
Par AFP

Mahmoud Abbas doit diriger ce cabinet qui sera chargé notamment d'organiser les prochaines élections générales, au terme d'un accord signé le 6 février à Doha entre son mouvement, le Fatah, et le Hamas dans le cadre du processus de réconciliation entre les deux mouvements rivaux.

Le prochain gouvernement "respectera les engagements de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et les accords qu'elle a signés. Son programme politique s'inspirera de mon programme politique", a dit Mahmoud Abbas, devant le consul général d'Italie à Jérusalem Giampaolo Cantini, selon l'agence officielle Wafa.

L'OLP, qui chapeaute la plupart des mouvements palestiniens, est reconnue internationalement comme le seul représentant légitime du peuple palestinien et a signé depuis les années 1990 une série d'accords avec Israël.

Le Hamas parle de contradiction

Le Hamas, qui ne fait jusqu'à présent pas partie de l'OLP et qui refuse de reconnaître Israël, a immédiatement rejeté ces déclarations.

"Nous refusons les déclarations d'Abbas (...) car elles sont en contradiction avec les accords conclus" entre le Fatah et le Hamas, a déclaré à Gaza le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri.

"Notre gouvernement est un gouvernement d'union nationale (...) et non celui d'une seule faction politique. De surcroît, il est notoirement connu que nous refusons le programme politique de Mahmoud Abbas", a-t-il affirmé.

"Le prochain gouvernement transitoire a des tâches précises liées à la reconstruction et à l'organisation des élections. Il n'a aucun programme politique et ce pour prévenir toute divergence entre les différentes factions", a poursuivi Sami Abou Zouhri.

Depuis la conclusion le 27 avril 2011 au Caire d'un accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et Gaza, la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances ont été constamment repoussées.

La formation du nouveau gouvernement provisoire palestinien, initialement prévue cette semaine, a été reportée à une date indéterminée.

Par ailleurs, le Fatah a annoncé que Mahmoud Abbas serait candidat à sa réélection, lors de la prochaine présidentielle dont la date n'est toujours pas fixée.


AFP

Sur le même sujet

Le gouvernement palestinien annonce des élections municipales en octobre

Monde