RTBFPasser au contenu
Rechercher

Equitation

Nos cavaliers belges parmi les favoris aux Championnats du monde

Jérôme Guéry et Quel Homme de Hus

Après les JO de Tokyo et les championnats d’Europe, l’équipe belge de saut d’obstacles figure parmi les nations favorites de l’épreuve par équipe. Et c’est logique, car lors des 3 derniers grands championnats, les Belges sont montés à chaque fois sur le podium dans la compétition par équipe : Médaille d’or au championnat d’Europe à Rotterdam, médaille de bronze au JO de Tokyo et médaille de bronze aux derniers championnats d’Europe de Riesenbeck. Et cette année ? L’équipe belge a gagné la coupe des nations de La Baule, elle était deuxième à Rome et deuxième à Aix-la-Chapelle. Pas mal n’est-ce pas ?

Talent, maturité, confiance et expérience

© Tous droits réservés

L’équipe belge pour ces championnats du monde compte 4 titulaires et un réserviste.

Grégory Wathelet avec son étalon gris Névados S, mais aussi Jérôme Guéry avec son étalon bai Quel Homme de Hus sont les piliers de l’équipe. Ils ont l’expérience des grands rendez-vous, ils l’ont prouvé au championnat d’Europe et aux Jeux olympiques. Après 4 semaines de préparation en dehors des terrains de concours, leurs chevaux sont en forme. En plus, ils sont en pleine confiance: ces cavaliers ont été décisifs à La Baule, à Rome ou à Aix-la-Chapelle. Ils savent amener leurs chevaux au pic de leur forme au jour J !

Aux côtes de Quel Homme et Nevados dans l’écurie belge, on trouve Katanga, la bouillante et géniale jument de Nicolas Philippaerts. Katanga a été éblouissante en terminant belle 3e du dernier Grand-Prix d’Aix-la-Chapelle, l’un des plus importants au monde. Et puis, on peut compter sur le retour en forme d’Igor et Jos Verlooy. Igor, un crack lui, s’est peu montré récemment suite à une blessure, mais il est revenu de façon très convaincante en alignant 3 sans fautes dans l’épreuve par équipe au CSIO de Knokke. Jos Verlooy sait y faire, il était sur les podiums des deux derniers championnats européens.

Le 5e de notre délégation en jumping est Niels Bruynseels, avec Delux Van T&L. Bruynseels était dans l’équipe olympique de Tokyo mais avait été remplacé par Claire Z et Pieter Devos juste avant l’épreuve par équipe, suite à une mauvaise prestation. Bruynseels, c’est un équipier modèle et s’il faut compter sur lui, il sera prêt et ultra-motivé.

Jérôme Guéry est optimiste " Nous avons une équipe très forte avec des couples cavaliers chevaux parmi les meilleurs du monde. On y va avec deux objectifs : une médaille par équipe et une qualification pour les prochains jeux olympiques " Grégory Wathelet va même plus loin " On a fait des résultats incroyables les dernières années, nos chevaux sont en forme, on a une équipe expérimentée avec des chevaux en pleine maturité, on a fait des très bons résultats cette saison. Franchement ? On y va pour gagner la médaille d’or, sinon autant rester à la maison. Bon, on n’aura peut-être pas l’or, mais on doit en tout cas viser une médaille. On doit avoir cet objectif. Pour moi, ce serait une déception si on revient sans médaille. Alors on ne l’aura peut-être pas, on peut se rater, mais on doit y aller pour gagner ! " L’ambition est affirmée.

Grégory Wathelet est un redoutable compétiteur et un pilote remarquable mais Nevados a déjà démontré à plusieurs reprises qu’il était capable de surmonter les plus grosses difficultés des parcours avec une agilité incroyable " c’est le genre de cheval capable de se donner à 200% pour son cavalier. Il est très respectueux, il est très agile, il a de la force, de la puissance, du caractère et de l’expérience et on se connaît par cœur " raconte Grégory Wathelet.

Et le crack de Guéry ? " Quel Homme de Hus est un cheval exceptionnel. Plus c’est haut, plus c’est difficile, plus il aime ça. On sera sur des parcours de 1m60 à 1m70, les hauteurs maximales et Quel Homme a des moyens illimités. 

Il y aura une chance de rattraper un mauvais score !

Comme toujours dans le sport équestre, tout se jouera à pas grand-chose et il faudra aussi un peu de chance. " C’est vrai " confirme Jérôme Guéry " de notre côté, on a tout fait pour amener les chevaux au top de leur condition pour cet événement majeur qu’on prépare depuis des mois. Mais en effet ça se joue parfois à deux fois rien : un petit dépassement de temps accordé, une petite barre qui tombe… Et donc il nous faudra un peu de réussite et ce petit pourcentage de chance de notre côté ". Wathelet ajoute " un cheval peut perdre un fer, faire une mauvaise réception, trébucher, provoquer une chute et vous êtes éliminé. Et puis, les autres nations sont très fortes, nous ne sommes pas les seuls favoris ! "

Bon à savoir: pour ce championnat mondial il y aura une chance de rattraper une contre-performance d’un équipier. " Dans l’épreuve par équipe, contrairement aux Jeux Olympiques de Tokyo l’an dernier, il y aura un Drop-Score, c’est très important " rappelle Grégory Wathelet très heureux de cette formule. " A Tokyo, nous n’étions que trois et chaque score comptait. Cette fois, nous sommes 4 et s’il y a un mauvais résultat d’un équipier, on peut encore rattraper le score puisqu’on ne retient que les trois meilleurs des 4 scores de l’équipe à chaque manche. C’est important parce qu’on a une équipe très forte … D’ailleurs, à ce propos, c’est sans doute Grégory Wathelet qui sera le dernier à prendre le départ dans l’équipe avec toute la pression sur les épaules d’améliorer le score s’il le faut, avec toute la pression du parcours qui peut vous envoyer sur le podium ou perdre une médaille " oui c’est vrai, c’est la décision du chef d’équipe ce n’est pas moi qui veux ça, mais la pression j’adore ça, je supporte cette pression, je sais rester calme, mais c’est aussi une lourde responsabilité et à cheval j’essaye de faire abstraction de ça ".

Parmi les autres nations favorites, surveillons la Suède et ses chevaux belges, l’Allemagne qui avait l’embarras du choix de pilotes et des chevaux de classe mondiale, la Suisse, les Etats-Unis… Et pourquoi pas la France qui a été bien régulière dans les coupes des nations cette saison.

La finale de ce championnat du monde par équipe se disputera le 12 août et les chevaux prennent déjà la route vers Herning ce vendredi. Jérôme Guéry résume : " on y va confiants et concentrés… On a mis tous les chances de notre côté par une bonne préparation,  maintenant il n’y a plus qu’à… "

Le dernier Belge champion du monde de saut d’obstacles est Philippe Lejeune en individuel en 2010 à Wellington avec Vigo d’Arsouilles.

Articles recommandés pour vous