RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Namur: "cash mob" en soutien à des travailleuses titres-services

Image d'illustration
12 oct. 2013 à 12:07 - mise à jour 12 oct. 2013 à 12:26Temps de lecture1 min
Par Belga News

L'entreprise, qui dépend du CPAS, permet de remettre des personnes précarisées sur le marché de l'emploi. Mais pour des raisons budgétaires, Philippe Defeyt, président du CPAS, souhaite ne pas maintenir l'activité.

"Cela fait des mois que les travailleuses proposent des solutions mais elles ne sont pas entendues", a déploré le conseiller socialiste Antoine Piret. L'une des solutions proposées par le PS serait d'étendre l'agrément. "On pourrait élargir les activités, faire autre chose que du repassage... Pourtant, le CPAS n'a fait aucune estimation financière pour voir si cela pourrait redresser les comptes", a-t-il regretté.

Philippe Defeyt a toutefois promis que les travailleuses seraient consultées sur leurs préférences quant aux pistes envisagées.

"C'est bien mais c'est dramatique qu'il faille attendre cinq années de déficit pour agir. Son message de ces dernières semaines n'a pas rassuré les travailleuses", a ajouté Antoine Piret. Eliane Tillieux, chef de groupe PS, était également présente. "Un rapport a été déposé sur la table du bureau permanent. Maintenir l'activité en l'état par le CPAS est impossible mais des pistes plausibles existent pour que ça reste dans le giron public", a-t-elle indiqué.

 


Belga

Articles recommandés pour vous