Matin Première

"Monkey gone to heaven", l'hymne écologique des Pixies

Les temps chantent

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

08 nov. 2021 à 09:04Temps de lecture1 min
Par Matin Première

En 1988, Les Pixies sortent Monkey Gone To Heaven, une chanson énigmatique qui semble insensée. En réalité, les Pixies y glissent plusieurs allusions écologiques.

Loading...

Le 23 juin 1988, lors d'un célèbre exposé devant le Sénat américain, James Hansen, climatologue à la NASA, avertit les élus que le réchauffement de la planète est une réalité. Il créé alors une onde de choc. Mais à ce moment-là, la préoccupation environnementale majeure concerne le trou dans la couche d’ozone. Les Pixies en parlent littéralement dans un de leurs couplets :

"La créature dans le ciel a été aspirée dans un trou, Maintenant il y a un trou dans le ciel "

Bien qu’évoquant les problèmes écologiques réels, la chanson Monkey Gone To Heaven se comprend également sur un plan symbolique comme le souligne Franck Black, le chanteur des Pixies : "Il y a un grand trou dans la couche d'ozone, c’est prouvé scientifiquement, mais le côté irréel c’est qu'il y a un trou dans le ciel. Et le ciel signifie beaucoup de choses pour beaucoup de gens de différentes cultures. "

Sur le même sujet

L’Indie Rock ou Rock Alternatif : un courant très ''underground''

Planet Rock

Michel Berger : 2022 marque le 30e anniversaire du décès du chanteur humaniste

Matin Première

Articles recommandés pour vous