Belgique

Monica De Coninck veut ratifier la convention sur la protection des travailleurs domestiques

En Belgique, les droits des travailleurs domestiques ne sont pas toujours respectés
12 juin 2012 à 23:26 - mise à jour 13 juin 2012 à 04:33Temps de lecture1 min
Par Belga News

L'OIT a adopté fin juin 2011 une Convention visant à protéger les droits des travailleurs domestiques, à reconnaître ceux-ci et à garantir qu'ils soient traités comme tout autre travailleur. "Elle entend accorder aux travailleurs/euses domestiques toute une série de droits parmi lesquels un salaire minimum, un paiement mensuel, un jour de congé par semaine, une réglementation du temps de travail, l'accès à la sécurité sociale (notamment en cas de maternité), ...", explique la ministre dans un communiqué.

Il y a, selon Monica De Coninck, 100 millions de personnes de par le monde qui sont actifs en tant que personnel de maison, majoritairement des femmes. "Aujourd'hui encore, il est trop souvent constaté que le travail de ces personnes est sous-évalué, sous-payé, invisible et n'est ni reconnu, ni respecté", dénonce-t-elle.

"Dans de nombreux pays, les travailleurs/euses domestiques sont exclu(e)s de la législation du travail et des régimes de protection sociale. Les mauvais traitements, l'exploitation, la violence, les abus sexuels et les violences physiques sont fréquents et demeurent, généralement, impunis."

Etant donné le poids d'une telle Convention, en termes de reconnaissance et de protection de droits élémentaires, la Belgique se doit de la ratifier dans les plus brefs délais, estime Monica De Coninck.

Malgré l'introduction des titres-services dans notre pays, qui a tout de même permis d'améliorer les conditions de travail et d'accéder à une protection sociale, "il est encore constaté qu'un nombre non-négligeable de travailleurs de ce secteur ne bénéficient pas de cette évolution".

Belga

Sur le même sujet

Les travailleurs des titres-services n'ont pas des indemnités de déplacement correctes

Economie

Des agences de titres-services ne donnent pas les mêmes chances à tous

Economie